Tour de France 2018 : Le résumé de la 9ème étape

John Degenkolb a remporté à Roubaix la 9ème étape du Tour 2018. Il s’est imposé au sprint devant le Maillot Jaune Greg van Avermaet et Yves Lampaert. Richie Porte, qui a chuté en début d’étape, a abandonné.

 

169 coureurs ont pris le départ de cette 9ème étape du Tour de France, orpheline de Tony Martin (fracture des vertèbres), dernier vainqueur sur les pavés du Tour en 2015. Malchanceux, Richie Porte (BMC) l’est aussi. Au kilomètre 7, l’Australien, candidat à la victoire finale, était pris dans une chute massive. La clavicule droite touchée, il était contraint à l’abandon, tout comme José Joaquin Rojas. A l’entame du premier des 15 secteurs pavés du jour, à 109 kilomètres de l’arrivée, une échappée de dix coureurs comptait 3’20 d’avance sur le peloton. On y retrouvait Jérôme Cousin, Damien Gaudin, Lilian Calmejane (Direct Energie), Thomas De Gendt (Lotto-Soudal), Chad Haga (Sunweb), Omar Fraile (Astana), Olivier Le Gac (Groupama-FDJ), Nicolas Edet (Cofidis), Reinhardt Janse Van Rensburg (Dimension Data) et Antwan Toelhoek (Lotto-NL Jumbo). Toelhoek était le premier à lâcher prise sur crevaison. Une mésaventure similaire pour Romain Bardet (AG2R La Mondiale), qui finissait par reprendre sa place dans le peloton après deux changements de vélo.

Triple crevaison pour Bardet, chutes de Froome, Landa et Uran

La situation se décantait à 50 kilomètres de l’arrivée, lorsque le Maillot Jaune Greg Van Avermaet (BMC) passait à l’offensive dans le secteur d’Auchy. Au même moment, Bardet était victime d’une nouvelle crevaison. Chris Froome chutait quant à lui à 46 kilomètres du but. Le quadruple vainqueur du Tour parvenait toutefois à revenir rapidement. Ce qui ne fut pas le cas de Rigoberto Uran (EF) et Mikel Landa (Movistar), tour à tour allés au sol. Bardet fera lui son retour à 27 kilomètres de l’arrivée, bien aidé par ses équipiers Oliver Naesen et Tony Gallopin. Mais, comble de malchance, une troisième crevaison le touchait à six kilomètres de l’arrivée, à la sortie du dernier secteur pavé. Dans le secteur de Camphin-en-Pévêle, à 16 kilomètres du but, le Maillot Jaune s’échappait dans le sillage d’Yves Lampaert. John Degenkolb (Trek-Segafredo) les accompagnait. Un trio qui allait joué la victoire à Roubaix. Et c’est Degenkolb, vainqueur de Paris-Roubaix en 2015, qui l’emportait au sprint devant Van Avermaet, lui aussi lauréat de l’Enfer du Nord en 2017. Lampaert complétait le podium du jour.

La rédaction
Crédit photo : Belga / Icon Sport
1 COMMENT
  • Henri houillon 16 juillet 2018

    Qu’est il arrivéàjullian Philippe qui a perdu plus de 10 minutes dans la 9éme etape?houillon

PUBLIER UN COMMENTAIRE