Paris – Roubaix 2018 : Présentation de la 116ème édition

Comme chaque année, la Reine des Classiques apportera dimanche son lot de frissons et d’émotions. Sur les pavés du Nord de la France, ils seront nombreux à vouloir décrocher l’une des plus belles victoires de leur carrière…

 

La boue, la poussière, le mythe. Après plusieurs semaines sur les routes pavées de Belgique et du nord de la France, la campagne des classiques flandriennes tirera sa révérence ce dimanche. Au départ de Compiègne, les coureurs devront parcourir 257 kilomètres dont 55 sur les pavés pour rallier le vélodrome de Roubaix (Nord). Un tracé cette année encore difficile qui devrait réserver son lot de surprises. Parmi les grands favoris, on notera la présence de Niki Terpstra, en très grande forme sur le Tour des Flandres, d’Yves Lampaert, de Zdenek Stybar et bien évidemment de Philippe Gilbert. S’il n’a participé qu’à une seule reprise au Paris – Roubaix (52ème en 2007), notamment pour une raison de calendrier puisque la course précède d’une semaine seulement la première des classiques ardennaises, le Liégeois sera clairement l’un des candidats à la victoire finale. Une victoire qui lui permettrait d’entrer dans le club très fermé des coureurs ayant remporté quatre « Monuments » différents, aux côtés des Hennie Kuiper, Germain Derycke, Louison Bobet et Alfred de Bruyne, et à une seule longueur de Rik van Looy, Roger de Vlaeminck et Eddy Merckx.

Coup double pour Greg van Avermaet ?

Au-delà de ces grands spécialistes des Classiques, plusieurs autres coureurs comptent bien déjouer les pronostics. Il faudra notamment être très attentif à Greg van Avermaet, tenant du titre malgré des dernières semaines en demi-teinte, ou encore à Peter Sagan, dont on connaît toutes les qualités et l’incroyable propension à s’offrir des courses de prestige. Dans un autre style, des sprinteurs comme Arnaud Démare, Edvald Boasson Hagen, Dylan Groenewegen ou encore Marcel Kittel pourraient également avoir un gros coup à jouer s’ils résistaient à l’épreuve des pavés et arrivaient avec toutes leurs armes sur le vélodrome de Roubaix. Enfin, au rayon des outsiders, Tony Martin, Oliver Naesen ou encore Geraint Thomas pourraient également tirer leur épingle du jeu et créer la surprise. Quoi qu’il en soit, et bien que le temps devrait rester sec tout au long de la course, cette 116ème édition du Paris – Roubaix s’annonce passionnante et indécise. Départ de « l’enfer du Nord » dimanche aux alentours de 11h, avec espérons-le, un maximum de spectacle…

La rédaction

 

Crédit photo : Belga / Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE