Le BMX Freestyle Park s’élève à Montpellier

La Fédération française de cyclisme a choisi la ville de Montpellier pour accueillir son futur Pôle France BMX Freestyle Park, élément indispensable pour préparer au mieux les athlètes pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020 et de Paris en 2024.

 

Le BMX Freestyle Park fera son entrée au Jeux olympiques en 2020 à Tokyo. Afin d’optimiser les chances de médailles tricolores, la Fédération française de cyclisme a pris la décision de construire un Pôle France à Montpellier. « Avec l’émergence du BMX Freestyle Park et son entrée aux Jeux olympiques, la Fédération française de cyclisme doit décliner un programme de haut niveau », explique Michel Callot, président de la FFC. « Pour faire du haut niveau, il faut travailler tous les facteurs de la performance et c’est beaucoup plus simple quand on réunit les athlètes au même endroit en ajoutant autour d’eux tous les staffs qui vont installer une régularité dans l’entraînement et dans la pratique. »

Une culture des sports urbains

Montpellier a été choisi pour accueillir ce Pôle France. « Ce choix nous a paru assez évident parce qu’il y a dans cette ville une culture du BMX Freestyle Park et parce que beaucoup de nos athlètes vivent à proximité », explique Michel Callot. « À Montpellier, nous sommes sensibilisés depuis des années aux sports urbains », rappelle Philippe Saurel, maire de la ville. « Tous les ans, en mai, nous accueillons le FISE (Festival international des sports extrêmes) qui rassemble 6 000 personnes. Ce Pôle France va apporter une nouvelle reconnaissance nationale et internationale à la ville. »

Au plus tard début 2022

Dans un premier temps, un site provisoire va être construit sur le site de Grammont. Les travaux, qui consistent notamment à la pose des modules pour exécuter les figures, vont débuter en juin prochain, pour une livraison envisagée en novembre. Le montant de l’opération, à la charge de la Ville, s’élève à 600 000 € HT. Le Pôle France définitif, avec vestiaires, espace de vie et dispositifs médicaux, sera bâti à quelques hectomètres près du skate park qui sera lui aussi rénové. « Il est important de tout regrouper sur place », insiste Michel Callot. Le début des travaux, dont le coût s’élèvera à 2,2 millions d’euros HT, est prévu pour février 2021. Une dizaine d’athlètes pourront prendre possession de leur nouveau lieu d’entraînement entre fin 2021 et début 2022. « Nous souhaitons pérenniser cette structure pour laisser un héritage après Paris 2024 », souligne le président de la Fédération française de cyclisme.

Une ville olympique

« Maintenant, on espère que Montpellier sera une ville des JO ! », ambitionne Philippe Saurel. En plus d’accueillir le Pôle France du BMX Freestyle Park, la Ville va suivre des propositions de la Fédération française de basket pour le développement du basket 3×3 et contractualiser des nageurs de Philippe Lucas bien partis pour voir Tokyo. Des boxeurs qui visent une participation aux JO de 2020 et de 2024 s’entraînent aussi dans la ville.

Par Leslie Mucret
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE