Ligue des Nations 2018 : Les Bleus en demi-finale !

L’équipe de France a remporté son second match de poule des Finales de la Ligue des Nations 2018 face à la Serbie (25-19, 25-18, 25-17). Première de sa poule, elle affrontera les États-Unis ce samedi en demi-finale (14h – diffusion sur la Chaîne L’Équipe).

 

Pour se qualifier, les Bleus, tombeurs mercredi du Brésil (3-2), avaient besoin de prendre deux sets aux vainqueurs de la Ligue Mondiale 2016. Ils ont su s’éviter toute frayeur en remportant les deux premiers (25-19, 25-18). Et comme il était dit que le scénario serait parfait jusqu’au bout, ils ont plié la rencontre en trois (25-17) et 1h12. Si la Serbie, battue la veille en trois sets par le Brésil (3-0), a réussi en début de match à inquiéter les hommes de Laurent Tillie (8-10), surtout par l’intermédiaire d’Uros Kovacevic (10 points), ces derniers ont su rapidement réagir, grâce notamment à une très grosse défense (mention spéciale à Jenia Grebennikov), mais également à une variété offensive savamment orchestrée par Benjamin Toniutti et à une qualité de service qu’on n’avait pas vue mercredi face au Brésil (10 aces en tout !).

Les Serbes asphyxiés

Le premier set en poche, les partenaires d’Earvin Ngapeth et d’un Thibault Rossard devenu inarrêtable au fil du match (90% en attaque et 4 aces pour 13 points) vont ensuite appuyer là où ça fait mal, en asphyxiant des Serbes dépassés par leur qualité offensive (69% de réussite sur l’ensemble du match), aux ailes (Stephen Boyer, 12 points à 77%) et au centre, où Nicolas Le Goff (8 points) et Kevin Le Roux (6 points) ont apporté puissance et précision. A l’arrivée deux autres sets prestement bouclés. Qualifiés pour la quatrième fois consécutive pour les demi-finales de cette compétition (Ligue Mondiale jusqu’à l’année dernière), les joueurs de Laurent Tillie vont jouer leur place en finale samedi face à une formation américaine qui, après avoir eu un jour de repos, s’est permis le luxe de faire tourner ce vendredi face à la Russie, puisqu’elle était assurée de sa qualification avant même de jouer.

Laurent Tillie – Entraîneur de l’équipe de France :

“Nous avions bien analysé leur jeu et nous avons réussi à les gêner et à les ralentir, nous avons très bien tenu en réception et bien su lire le passeur. Il n’y que Kovacevic qui nous a embêtés au début, après, on a réussi à le prendre et c’était réglé, ils ont laissé un peu filer. Nous avons réussi à écourter le match, c’était le but. Nous avons hésité à faire tourner après le deuxième set, mais les joueurs ont préféré rester, c’était une décision collective”.

Nicolas Le Goff – Central de l’équipe de France :

“Nous avions à cœur d’aller chercher notre qualification pour les demi-finales, nous avions aussi à cœur d’être appliqués dès le début. On savait qu’il nous fallait deux sets et on ne voulait ensuite pas trop faire traîner le match parce qu’on savait que s’il y avait qualification, on jouait samedi à 14h. Il fallait bien rentrer dans le match, on a su le faire, on a mené de bout en bout, c’était parfait”.

Benjamin Toniutti – Passeur et capitaine de l’équipe de France :

“On a vraiment fait un bon match, ce n’était pas facile, parce qu’il y avait quand même une bonne pression ce soir, on pouvait rentrer à la maison. L’équipe de Serbie nous a posé beaucoup de problèmes sur la première partie du match, mais quand on a commencé à développer notre jeu, ils ont plongé un peu. On a eu une grosse qualité de service qui nous avait un peu manqué contre le Brésil, tous, on a augmenté notre niveau de jeu, même s’il faut reconnaître que le Brésil nous a mis beaucoup plus de pression”.

Thibault Rossard – Réceptionneur-attaquant de l’équipe de France :

“C’est un bon match de toute l’équipe, nous avons bien débuté contre une équipe serbe qui était un peu en perte de confiance après son match face au Brésil, on a ensuite bien appuyé, on est montés en puissance au service. On a été bien poussés par le public et on a été en réussite sur pas mal d’actions. Maintenant, on va essayer de récupérer parce qu’on rejoue à 14h demain, le public va nous aider à surmonter la fatigue”.

La rédaction
Crédit photo : 2018 FIVB
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE