SPORTMAG.fr
En ce moment

Montpellier, Nantes et Paris accueilleront l’EuroVolley 2019

FIVB

Lors de son Conseil d’Administration, la Fédération Française de Volley a désigné Montpellier (Sud de France Arena), Nantes (Hall XXL) et Paris (AccorHotels Arena) pour accueillir l’Euro 2019, co-organisé par la France, les Pays-Bas, la Belgique et la Slovénie (13-29 septembre).

 

Quasiment six mois après l’attribution de l’organisation du Championnat d’Europe 2019 masculin à la France, aux Pays-Bas, à la Belgique et à la Slovénie, la Fédération Française de Volley a désigné samedi les trois villes qui accueilleront la compétition en France du 13 au 29 septembre 2019.

Trois lots faisaient l’objet de cette consultation :

– La phase de poule de l’équipe de France (24 équipes participent à l’Euro, réparties en quatre poules de six, que chaque pays organisateur accueille avec sa sélection nationale, qualifiée d’office), soit un total de quinze matchs
– Deux huitièmes de finale et un quart de finale (avec l’équipe de France si elle est qualifiée)
– Le troisième lot était constitué d’une demi-finale (celle de l’équipe de France si elle est qualifiée, la seconde demi-finale sera jouée en Slovénie), du match pour la troisième place ainsi que de la finale.

Désireuse de couvrir tout le territoire national, la Fédération a lancé sa procédure de consultation auprès de 25 villes.

Après avoir étudié les candidatures présentées par le Bureau et le Président Eric Tanguy, a tranché :

– La Sud de France Arena de Montpellier, enceinte de 8 000 places inaugurée en 2010, accueillera les 15 matchs de la poule de l’équipe de France (sans doute la Poule A) du 13 au 19 septembre.
– Le Hall XXL de Nantes, enceinte modulable située au sein du Parc des Expositions et qui peut accueillir 9 000 spectateurs, sera le théâtre du 21 au 23 septembre (dates à confirmer) des deux huitièmes de finale et du quart de finale.
– L’AccordHotels Arena de Paris, dont la rénovation a été achevée en 2015 pour une capacité totale de 15 000 places accueillera la demi-finale, le match pour la troisième place et la finale les 27, 28 et 29 septembre.

En tout, ce sont près de 110 000 spectateurs, dans trois grandes régions de volley, qui pourront assister en France à ce Championnat d’Europe 2019, dont le tirage au sort de la phase de poules aura lieu le 7 février 2019 à Bruxelles. Mais la compétition ne se limitera pas aux seules villes où seront joués ces 21 matchs en France. En effet, la Fédération Française de Volley lancera dès cette année sur tout le territoire national un programme d’animations, dont l’ambition est de promouvoir le volley-ball et de mobiliser les territoires. Cette campagne passera notamment en mai, juin et juillet prochains par Rouen, Aix-en-Provence et Lille Métropole, qui accueilleront, la Volleyball Nations League (l’ancienne Ligue Mondiale), dont le Final Six aura lieu au stade Pierre-Mauroy.

Eric Tanguy, Président de la Fédération Française de Volley :

« La Fédération Française de Volley se félicite de la qualité des candidatures qu’elle a reçues pour l’accueil du Championnat d’Europe de volley 2019, le premier en France depuis 1979. Trois critères étaient particulièrement importants au moment de choisir : le maillage de tout le territoire national, les capacités d’accueil des enceintes et l’implication des collectivités locales. Les candidatures de Montpellier, Nantes et Paris ont parfaitement répondu à ces critères et c’est dans des régions passionnées de volley et des enceintes magnifiques et modernes que se disputera le Championnat d’Europe. Ces trois collectivités ont en outre fait la preuve lors du dernier Championnat du monde masculin de handball 2017 de leurs capacités d’organisation et de mobilisation, dans les enceintes sportives, mais également en dehors, et je suis certain qu’elles contribueront à faire de ce Championnat d’Europe une grande fête populaire. Je remercie toutes les collectivités territoriales pour leur soutien, nous allons désormais travailler main dans la main pour faire de ce grand rendez-vous une réussite sportive et populaire ».

Laurent Tillie, entraîneur de l’équipe de France :

« Je suis très satisfait des choix qui ont été faits par la Fédération Française de Volley et je suis persuadé que dans ces trois villes, l’équipe de France bénéficiera du soutien de son public, dont elle aura grand besoin. Montpellier, c’est un peu pour moi retour vers le futur, dans le sens où c’est ici que l’équipe de France dont je faisais partie a disputé sa première poule lors du Championnat du monde 1986, la dernière grande épreuve internationale organisée en France. La région de Montpellier est une terre de volley, avec une histoire derrière et de nombreux clubs, masculins et féminins, elle abrite aussi le CNVB, par lequel sont passés la plupart des joueurs de l’équipe de France qui participeront à ce Championnat d’Europe, ce sera donc l’occasion de saluer le travail qui y est fait par nos formateurs. Nantes, c’est une région très dynamique, une terre de sport qui se développe beaucoup dans le volley et où les supporters font preuve d’une grande ferveur. Pour nous, c’est un point important pour la promotion et le développement du volley d’aller jouer dans cette région du Grand Ouest. Enfin, Paris, là encore, ça rappelle les souvenirs de 1986, puisque c’est là que l’aventure s’était terminée. L’AccorHotels Arena est une salle mythique qui fait rêver tout le monde, c’est le temple du sport en salle français. Et surtout, ce sera le bout de l’aventure de ce Championnat d’Europe, nous espérons tous que ce sera une belle apothéose pour l’équipe de France ! ».

La rédaction

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *