SPORTMAG.fr

La Supergranfondo, la course des amoureux de cyclisme…

PA Images / Icon Sport
Le 23 juin prochain se tiendra la première édition de la Supergranfondo Galibier – Izoard, un événement qui devrait ravir tous les passionnés de cyclisme avec un parcours sensationnel autour des cols mythiques du Galibier et de l’Izoard. Présentation avec l’organisateur, Rémy Viallet…

 

Rémy Viallet, tout d’abord, présentez-nous cette course…

C’est une épreuve que nous créons cette année et qui intègre les Cycling Classics France. La particularité de la Supergranfondo Galibier – Izoard, c’est avant tout son parcours. Le concept est simple, c’est d’affronter deux cols hors catégorie qui ont marqué l’histoire du cyclisme, et même l’histoire récente. On a par exemple pu voir une arrivée à l’Izoard l’année dernière avec la victoire de Warren Barguil. C’est une épreuve dantesque et épique qui réunit deux sommets difficiles à appréhender sur un seul jour.

Avec un dénivelé assez impressionnant !

Oui, on est sur environ 4500 mètres de dénivelé positif. C’est vrai que ce n’est pas anodin, même s’il existe des épreuves qui vont encore plus loin. En tout cas, c’est clair que c’est un parcours de grimpeur.

Les participants seront donc pour la plupart assez expérimentés ?

Exactement. Après, on a quand même deux autres parcours pour satisfaire les personnes qui souhaiteraient participer à cette épreuve mais qui n’auront pas les capacités de faire la version complète. On a notamment mis en place une montée sèche entre Valloire et le Galibier, ou encore une variante qui fait 73 kilomètres de nouveau entre Valloire et le Galibier, mais avec un deuxième passage sur le Galibier depuis La-Salle-Les-Alpes. D’ailleurs, il est important de signaler que cette Super Granfondo reprend la trace de la « Louison Bobet », qui se déroulait entre 1984 et 1995, et de la « Galibier » entre 1998 et 2001. C’était une course pionnière dans l’histoire des cyclosportives.

Quoi qu’il en soit, le cyclisme et la nature seront les deux grandes stars de cette journée…

Exactement, nos deux partenaires sont d’ailleurs Valloire Tourisme et l’Office de Tourisme de Serre Chevalier Briançon. Comme le vélo se développe vraiment bien dans notre région et que nous avons un terrain de jeu idéal, il est normal de créer ce genre d’événement. Il faut d’ailleurs féliciter nos deux partenaires qui font un travail formidable.

Que peut-on vous souhaiter ?

Que le Galibier soit ouvert, bien évidemment. La partie sommitale a réouverte en fin de semaine dernière, ce qui est très positif. C’était vraiment essentiel. Et puis on espère attirer le plus de monde possible, tout simplement. Cette année, on devrait tourner aux alentours de 700 ou 800 cyclistes sur les trois parcours. Enfin, il faut souhaiter que les participants se rappellent au bon souvenir de la « Louison Bobet ». On a des personnes qui se sont inscrites pour revivre cette expérience, on peut d’ailleurs remarquer que le peloton sera assez expérimenté puisque les tranches d’âge les plus présentes seront les 40-49 ans et 50-59 ans. C’est assez courant pour les cyclos mais je pense que c’est aussi le signe que beaucoup de participants veulent revivre cette épreuve.

Tout savoir sur l’épreuve > http://urlz.fr/7dz3
A lire aussi > Le cyclisme, équipier modèle pour la reconversion des sportifs de haut niveau
Propos recueillis par Bérenger Tournier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *