L’édito d’Arthur Bauchet, quadruple médaillé paralympique

Découvrez l’édito d’Arthur Bauchet, quadruple médaillé paralympique aux Jeux olympiques et paralympiques de PyeongChang.

 

Je skiais déjà en valide et je poursuis en handisport au haut niveau. L’année 2014 a été difficile car ma paraplégie spastique (une maladie génétique rare qui entraîne la paralysie partielle des deux membres inférieurs, NDLR) a pris le dessus. Après ma rééducation, j’ai pu retrouver la faculté de marcher et j’ai rapidement eu des contacts avec le milieu handisport.

 

Dans mon club de Briançon, ou à la station de sports d’hiver de Serre Chevalier, tous les moyens sont mis en œuvre pour que je pratique mon sport, que ce soit sur les pistes ou dans les salles de sport pour ma préparation physique. Nous sommes deux licenciés handisport au ski club de Briançon, quatre ou cinq dans la Région Sud, et, je le sens, partout les gens s’adaptent pour nous. Après mes résultats (deux médailles d’or aux Championnats du monde 2017 et quatre médailles d’argent aux Jeux paralympiques de 2018, NDLR), on met encore plus de moyens à ma disposition.

 

Je vais tout faire pour être aux Jeux paralympiques de Pékin en 2022. Ça reste dans un coin de ma tête, même si j’ai des objectifs plus proches, comme les Mondiaux 2019 en Italie. Je suis assez jeune pour viser une qualification pour 2022, même si la maladie rend l’avenir incertain. Je pars du principe que ça va aller, et je vais me battre pour poursuivre l’aventure. J’ai toujours des douleurs, mais je croise les doigts pour aller jusqu’aux Jeux 2022 et au-delà.

Par Leslie Mucret
Crédit photo : Bildbyran / Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE