Un plan à 35 millions d’euros pour le tennis français

Dès le 3 juin, la Fédération française de tennis va lancer son plan de soutien et de relance pour son sport grâce à un fonds de 35 millions d’euros.

 
La Fédération française de tennis (FFT) va mettre en œuvre un plan de soutien et de relance pour le tennis et les disciplines associées à partir du 3 juin. Les modalités de ce plan de 35 millions d’euros, auquel les ligues et les comités départementaux participent, ont été adoptées par le comité exécutif. Une enveloppe de 21 millions d’euros va bénéficier aux clubs affiliés pour un soutien immédiat et des mesures de relance. Une aide de 5 millions sera attribuée aux enseignants et aux entraîneurs indépendants qui ne peuvent pas bénéficier des dispositifs d’activité partielle. Enfin, 9 millions d’euros seront consacrés aux tournois internationaux organisés en France qui n’ont pas eu lieu à cause de la pandémie de Covid-19, aux officiels, arbitres et juges arbitres nationaux et internationaux ainsi qu’aux joueurs professionnels hors du top 100. Ce plan sera déployé jusqu’au 31 août 2021.

 

 

Les différentes familles du tennis français pourront faire leur demande sur la plateforme digitale relance.fft.fr, conçue pour l’occasion. « La FFT souhaite, à travers ce dispositif, apporter son soutien à tous les acteurs français du tennis et des disciplines associées concernés par cette crise sans précédent », a expliqué Bernard Giudicelli (photo), président de FFT. « Grâce à la mise en place de ce fonds, complémentaire aux dispositifs de l’État, des régions et des instances internationales, nous espérons ainsi pouvoir les aider à surmonter cette période très difficile. » Par ailleurs, la FFT, organisatrice de Roland-Garros, a contribué à hauteur d’un million d’euros au fonds d’aide international en faveur des joueurs et joueuses classés entre la 101e et 500e place des classements.

À lire aussi > Une reprise partielle du tennis en Occitanie

Leslie Mucret
Crédit photo : Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE