Patrick Mouratoglou, ce Français qui veut réinventer le tennis

Patrick Mouratoglou, entraîneur de Serena Williams, a perdu foi en son tennis. Le Français estime que ce sport a déjà bien vécu et doit se moderniser un maximum afin de gagner en attractivité afin d’attirer du public jeune et nouveau. Le natif de Neuilly-sur-Seine ne veut plus des anciennes règles qu’il juge trop ennuyeuses. Portrait d’un homme de volonté. Patrick Mouratoglou, entraîneur de Serena Williams, a perdu foi en son tennis. Le Français estime que ce sport a déjà bien vécu et doit se moderniser un maximum afin de gagner en attractivité afin d’attirer du public jeune et nouveau. Le natif de Neuilly-sur-Seine ne veut plus des anciennes règles qu’il juge trop ennuyeuses. Portrait d’un homme de volonté.

Bien que le tennis soit quasiment à l’arrêt depuis plusieurs mois, Patrick Mouratoglou n’a jamais été aussi actif. Entraîneur de Serena Williams depuis 2012, le Français s’est trouvé un nouveau défi, tout en restant aux côtés de la championne américaine. Ce dernier est inquiet pour son sport. En effet, il considère que le public devient de plus en plus âgé et que les jeunes ne sont plus attirés par le tennis. Faute peut-être aux matchs qui peuvent être beaucoup trop longs et trop lents. Un manque de rythme qui tue le tennis à petit feu d’après Patrick Mouratoglou. À l’heure où les meilleurs joueurs du circuit mondial se retrouvent sur les courts à l’occasion de Roland Garros, le coach français essaye de faire valoir ses idées. Ce dernier n’est plus attiré par « l’ancien tennis », qui a fonctionné jadis, mais il est séduit par l’innovation. Alors, l’entraîneur de Serena Williams veut changer du tout au tout. Pour ce faire, il a d’ores et déjà inventé un nouveau genre de tournoi : l’ultimate Tennis showdown. Une compétition d’un nouveau genre qui reprend les codes de la NBA. Les matchs se jouent sur un temps limité avec des périodes de quelques minutes (quarts-temps), comme au basket américain. Il ne faut plus atteindre un score pour gagner mais être devant au moment du coup de sifflet final. La règle du service a aussi le droit à son changement puisque les joueurs n’ont le droit qu’à un seul service. Les coachs ont également le droit d’être aux côtés des athlètes.
 

 
Patrick Mouratoglou ne sort pas de nulle part. En plus d’être un entraîneur connu et reconnu, le Français est aussi un homme d’affaires aux multiples projets. Ce dernier a déjà fait construire plusieurs centres d’entraînement. Le premier à Dubaï, le second Grèce, pays de son père. Mais surtout, cet amoureux de la balle jaune a développé la plus grande académie de tennis à Sophia-Antipolis près de Nice. Cependant, ne vous y méprenez pas, un homme d’affaires reste un homme d’affaires. Pour intégrer cette académie, les jeunes champions doivent tout de même débourser 35 000 euros par année. Une façon d’investir qui fait parler et qui n’est pas appréciée dans le monde du tennis. Pourtant, le Français est convaincu par ses idées et compte bien tout faire pour révolutionner son sport de toujours.

Mattéo Rolet
Crédit photos : Icon Sport et
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE