Savate – Audrey Guillaume « Le confinement a été difficile à vivre »

En lice pour le titre de championne de France cette année, Audrey Guillaume n’a pas été en mesure de défendre ses chances en raison de l’annulation de l’événement. Une année 2020 marquée par la crise sanitaire que la tireuse du Savate Boxe Française Bordeaux entend surmonter en se projetant sur 2021.

 

Audrey, comment avez-vous vécu cette année 2020 si particulière ?
Ça a été une année très compliquée, car nous avons été confinés une première fois au mois de mars, cela nous a notamment empêchés de participer aux championnats de France et nous a stoppé dans notre lancée. Je n’avais pas de vision claire sur les prochains événements, j’ai donc continué à m’entraîner à fond durant le premier confinement. Les championnats de France ont failli avoir lieu cet été il fallait donc rester en forme. Ils ont ensuite été décalés au mois d’octobre alors que nous sommes habituellement en vacances durant l’été. Ça a complètement décalé la préparation. Finalement, trois jours avant la compétition, les championnats de France ont été annulés.

 

Est-ce une décision qui vous a surprise ?
Honnêtement pas vraiment, car je savais bien qu’en raison de la situation actuelle, toutes les compétitions étaient en suspens. Forcément j’étais très déçue, car je m’étais préparée à fond pour ce rendez-vous, je nourrissais de grands espoirs pour ces championnats de France. Mais comme les autres, je n’ai pas pu défendre mes chances.

 

 

Cette année est-elle un coup de frein dans votre progression ?
À première vue je dirais oui, car ça a été une année très compliquée pour s’entraîner, le confinement a été difficile à vivre. Heureusement, à l’occasion du reconfinement, les sportifs de haut niveau peuvent s’entraîner dans des conditions quasi normales. Cela me permet de continuer à travailler et à progresser en cette fin d’année.

 

Quel a été l’impact économique de cette année pour vous et votre club ?
Au niveau du club c’est forcément pénalisant, comme dans beaucoup d’autres clubs j’imagine. Mais le plus important va être de remonter la pente et de garder le lien avec les adhérents. Personnellement, je n’ai pas de sponsors. En trouver fait également partie de mes objectifs pour l’année prochaine.

 

Quel est le programme qui vous attend en 2021 ?
Pour 2021, je n’ai encore absolument aucune idée des compétitions auxquelles je vais participer. J’espère évidemment pouvoir défendre mes chances au championnat de France, s’ils ont lieu bien évidemment. En cas de belle performance et de titre de championne de France, il y aura forcément une compétition internationale derrière. Ce sera également un grand objectif si je parviens à être de la partie.

Propos recueillis par Olivier Navarranne
Crédit photo : Laurent Thézé
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE