Lutte – Koumba Larroque : « L’or a toujours été mon objectif »

Championne d’Europe pour la première fois, la lutteuse tricolore Koumba Larroque a parfaitement bouclé une phase marquée par sa qualification pour les JO de Tokyo. La Française, en pleine confiance, se projette désormais sur l’or olympique. Interview.

 

Koumba, comment vous sentez-vous après ce premier titre européen ?

Je suis très heureuse (rires). D’autant que, comme vous le dites, c’est le tout premier. Je suis surtout très contente d’avoir pu surmonter une période difficile liée à une blessure et d’avoir pu revenir pour montrer ce dont je suis capable.

 

Êtes-vous plus forte aujourd’hui qu’avant votre blessure ?

Honnêtement, je ne saurais pas dire… J’ai dû m’adapter par rapport aux douleurs et donc modifier pas mal de choses. Ce qui est certain, c’est que je recommence à me sentir bien sur le tapis. C’est le plus important à mes yeux. Je suis arrivée sur cette compétition avec moins de pression, puisque j’étais déjà qualifiée pour les Jeux olympiques. Je me suis donc mis moins de pression et j’ai pu bénéficier de cette confiance.

 

Cet Euro était donc une préparation grandeur nature. Avez-vous pu essayer des choses ou mettre en place ce que vous souhaitiez ?

Je me suis en effet laissée aller à une lutte plus offensive. Sur le TQO, il y avait beaucoup plus d’enjeu, j’avais donc beaucoup plus de mal à attaquer. Sur le championnat d’Europe, j’ai pu profiter de beaucoup plus d’opportunités d’attaque. C’est la lutte que j’aime pratiquer et qui me correspond et c’est vrai que c’était bien d’avoir pu profiter de cette compétition pour mettre en place cela.

 

Vous parliez de votre blessure. Avez-vous craint, à un moment, de ne jamais pouvoir revenir ?

J’ai connu une énorme période de doute après l’opération. J’ai été arrêtée presque un an et je n’ai pas pu me qualifier pour les championnats du monde. C’était vraiment très dur, je me suis posée pas mal de questions. Mais j’avais toujours en tête cet objectif d’être aux Jeux olympiques, c’est ce qui m’a guidé à revenir.

Ce titre européen renforce-t-il votre statut de favorite pour Tokyo ?

Favorite je ne sais pas, mais je suis beaucoup plus en confiance à l’approche de l’événement. L’or a toujours été mon objectif. La période difficile que j’ai vécu m’a éloigné de cet objectif, mais j’ai finalement réussi à revenir, d’abord pour retrouver mon niveau, puis pour obtenir mon ticket pour ces JO. Ce titre européen est déjà acquis, je vise désormais l’or à Tokyo, c’est mon prochain but.

 

Vous êtes, pour le moment, l’unique qualifiée française pour la lutte en vue de Tokyo. Est-ce une pression supplémentaire ?

Je ne vous cache pas que j’aimerais un peu de compagnie (rires). Bien sûr, la lutte est un sport individuel, mais c’est quand même plus sympa d’avoir des membres de l’équipe avec qui échanger et partager le vécu de l’événement. Je regarderai de toute façon le TQO Monde de près pour savoir qui me rejoindra à Tokyo.

Propos recueillis par Olivier Navarranne
Crédit photo : Aleksandar Djorovic / Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE