Lutte : les Bleus en mode olympique à Rome

Les championnats d’Europe de lutte débutent ce lundi du côté de Rome. Ambitieuse, l’équipe de France se présente avec douze engagés prêts à briller et à marquer des points en vue des tournois de qualification olympique.

 

Tous les chemins mènent à Rome pour l’équipe de France de lutte. Ou plutôt à Tokyo espèrent les Bleus. Dans la cité éternelle, les douze représentants français disputent les championnats d’Europe, du 10 au 16 février. Avec 5 lutteurs en Lutte Libre, 4 en Lutte Féminine et 3 en Lutte Gréco-Romaine, la France a de quoi être ambitieuse et espérer décrocher plusieurs médailles. Mais les Bleus voient plus loin que ce simple Euro : les tournois de qualification olympique sont les véritables enjeux majeurs des semaines à venir. « Sur ce championnat d’Europe, les 8 premiers marquent des points au ranking international dans chacune des catégories de poids », explique Virginie Thobor, directrice technique nationale. « Pour la première fois dans l’histoire de la lutte, les Séries de Classement 2020 auront une influence sur les quatre premières têtes de série aux Jeux Olympiques de Tokyo. Avec des catégories de poids limitées à 16 athlètes, un lutteur sur quatre sera en tête de série de chaque catégorie. »

 

 

Autrement dit, les Tricolores seraient bien inspirés de briller à Rome cette semaine afin de se rapprocher de Tokyo. Dans la capitale italienne, ce sont les représentants de la lutte gréco-romaine qui ouvrent le bal, ce lundi et mardi. Yasin Ozay, Evrik Nikoghosian et Ibrahim Ghahem, entraînés par Christophe Guénot, tenteront de viser les podiums européens. La lutte féminine prendra ensuite le relais, avec une équipe emmenée par Koumba Larroque. Passée au travers des derniers championnats du monde, la lutteuse du Bagnolet Lutte 93 aura à cœur de reconquérir les sommets. Enfin, la lutte libre tentera de terminer en beauté ces championnats d’Europe pour les Bleus. Akhmed Aibuev sera le leader de cette équipe, lui qui avait décroché l’argent lors des Jeux méditerranéens en 2018.

 

 

Lutte gréco-romaine :
  • -67 kg : Yasin Ozay
  • -72 kg : Ibrahim Ghanem
  • -77 kg : Evrik Nikoghosian

 

Lutte libre :
  • -57 kg : Valentin Damour
  • -65 kg : Marwane Yezza
  • -74 kg : Charles Afa
  • -79 kg : Saifedine Alekma
  • -86 kg : Akhmed Aibuev

 

Lutte féminine :
  • -50 kg : Julie Sabatié
  • -53 kg : Tatiana Debien
  • -68 kg : Koumba Larroque
  • -76 kg : Pauline Lecarpentier
Olivier Navarranne
Crédit photo : Aleksandar Djorovic / Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE