Stéphane Nomis : « Moderniser notre fédération »

[…]
Ancien judoka de haut niveau, Stéphane Nomis est devenu président de la Fédération Française de Judo, succédant à Jean-Luc Rougé en novembre dernier. Président jusqu'en 2024, le nouvel homme fort du judo français entend amorcer un travail de fond afin de permettre à sa fédération d'entrer pleinement dans l'ère moderne.
  Quelles ont été vos premières actions en tant que président de la Fédération Française de Judo ?
Dès le début de ma mandature, il était important d'agir sur la question des violences, un sujet qui a agité notre fédération ces derniers mois. Nous avons donc mis en place une commission et tout un ensemble de process afin d'éradiquer au maximum ce sujet-là. C'est un sujet qui a fait parler en mal de la Fédération Française de Judo, il était donc essentiel d'agir très rapidement. Devenir président d'une fédération, c’est beaucoup de tâches administratives, il faut récupérer les dossiers, comprendre comment tout fonctionne... ce sont de manière générale des premiers jours très chargés.
  Quels axes forts souhaitez-vous développer durant cette mandature ?
La grande priorité est de mettre la Fédération Française de Judo au service de ses clubs et des territoires. Il est essentiel de nous recentrer sur les acteurs que sont les licenciés, les professeurs de clubs et les comités. Nous nous devons de leur apporter les outils afin qu'ils soient plus efficaces et pour leur simplifier la vie au quotidien. Si nous améliorons cette base, alors notre fédération ira mieux. Afin d'y parvenir, nous devons notamment nous focaliser sur...
Pour lire la suite, abonnez-vous au magazine digital via le SPORTMAG Club
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

Désolé, vous ne pouvez pas laisser de commentaire sur cet article.

PUBLIER UN COMMENTAIRE