Boxe – Maxence Damarey, du ring à l’entreprenariat

A 24 ans, Maxence Damarey est boxeur professionnel, ingénieur de formation et jeune entrepreneur. Portait du Lillois qui a fait de ses passions un projet professionnel.

 

La vie de Maxence Damarey a basculé à l’âge de 12 ans. Lorsqu’il participe à un stage de boxe d’une colonie de vacances. Sans le savoir, ses parents viennent d’offrir à leur fils le tournant de sa jeune existence. « Mon premier combat a été de pouvoir boxer puisque mes parents, pas issus de ce milieu-là, étaient contre. Je les ai eus à l’usure. »

 

La boxe ne lâchera plus le Lillois. Il pense réaliser le rêve d’enfance de devenir militaire en intégrant la prestigieuse école de Saint-Cyr. Mais sa volonté de devenir boxeur professionnel va prendre le dessus. « Saint-Cyr ne me permettait pas de suivre mes cours et pratiquer mon sport en même temps. Je me suis dit qu’il serait temps plus tard de devenir militaire mais qu’être professionnel en boxe ne pouvait pas attendre. Si je n’essayais pas maintenant, ce serait fini pour toujours. »

 

Maxence Damarey : « Je vis mon rêve »

A 18 ans, le Nordiste intègre une école d’ingénieur. Il obtient de la flexibilité pour mener de front ses études et son sport. « Dans le même temps, je me suis passionné pour la nutrition. Pendant mes recherches, je ne trouvais aucune solution pour être plus performant et faire mes régimes plus facilement. Il n’y avait rien de spécifique pour les combattants. J’ai aussi passé une formation en ligne en science de nutrition. J’ai fait mes mélanges et ça a fonctionné dans ma pratique. J’ai eu des résultats rapidement. Des douleurs dans l’épaule et au poignet ont disparu en adaptant ma nutrition. L’objectif est de ne pas faire de compromis entre le poids avant le combat et la performance sur le ring. »

 

Les résultats ne se font pas attendre. Maxence Damarey devient boxeur professionnel à 21 ans. Il ne laisse pas tomber ses études et ses recherches en nutrition pour autant. « En quatrième année, je me suis spécialisé en informatique et j’ai fini mes études à 23 ans avec un diplôme d’ingénieur généraliste. »

 

Au moment de chercher un stage de fin d’études, il transmet sa candidature à une entreprise innovante dans le secteur des micro-algues. « Le patron me contacte et me dit qu’au-delà du stage, il souhaite travailler avec moi pour créer une entreprise spécialisée en nutrition dans les sports de combat. J’ai commencé à bosser sur le sujet en avril 2020. »

 

Après avoir fait tester ses produits à plus de 300 combattants en France, Maxence Damarey lance sa société appelée NOKO Foods et un produit de récupération à destination des sportifs de combat. « Je vis mon rêve. Depuis toujours, j’ambitionne de réunir toutes mes compétences et mes passions au sein d’un même projet. Mon père, entrepreneur à succès parti de rien, m’a conditionné depuis tout petit. Aujourd’hui, il me conseille au quotidien. »

 

Pour les trois prochains mois, Maxence Damarey met sa carrière sportive entre parenthèse, le temps de placer son entreprise sur de bons rails. Mais le Lillois n’a pas fait de croix sur la boxe qui le porte maintenant depuis plus de 10 ans.

Loïc Feltrin
Crédit photos : PIB et
1 COMMENT

PUBLIER UN COMMENTAIRE