Boxe – Bastien Ballesta : « Ne pas laisser partir mon titre »

Vendredi, lors du gala de boxe à Agde (Hérault), Bastien Ballesta va défendre sa ceinture de champion de France des super-légers contre Rénald Garrido. Un combat attendu par le local de l’étape.

 

Quel est l’enjeu de votre combat contre Rénald Garrido au Palais des Sports d’Agde le 28 février ?
Je remets ma ceinture de champion de France des Super légers (-63 kg, NDLR) en jeu pour la quatrième fois. J’étais champion de France pour la première fois début 2019, puis j’ai conservé mon titre lors de combats en juin et fin octobre. Ce n’est pas évident de conserver la ceinture, c’est une remise en question permanente. Ça ne s’arrête jamais, il faut toujours se préparer pour être au top et ne pas laisser partir le titre.

Justement, comment vous êtes-vous préparez ?
Je suis arrivé au bout d’un cycle de huit semaines. J’ai commencé la préparation physique avec mon père à Béziers, avant de partir pour plus de quatre semaines d’entraînement au club BAM l’Héritage aux Mureaux, dans les Yvelines, où je travaille sur la technique avec les frères Hallab.

 

 

Pourquoi suivre votre préparation à deux endroits éloignés ?
J’ai trouvé un équilibre dans ce fonctionnement qui m’apporte énormément dans ma progression. Cela fait plus de deux ans que je suis parti m’entraîner à BAM L’Héritage, qui a déjà été élu meilleur club et qui a fourni des champions professionnels et amateurs dans plusieurs catégories, dont Ali Hallab. L’énorme densité permet de mettre les gants face à des sparring partners de qualité. Les entraîneurs me poussent dans mes retranchements, c’est bénéfique pour moi.

 

Avez-vous déjà combattu votre adversaire Rénald Garrido ?
Non, mais nous avons fait un sparring ensemble il y a quatre ans avant que je passe professionnel. Cependant, Rénald est connu dans le milieu de la boxe. Il a été champion de France avant moi et il a énormément d’expérience. Mais je m’entraîne toujours pour être le meilleur durant un combat, pas en me focalisant sur mon adversaire.

 

 

Peut-on dire que vous allez combattre à domicile à Agde ?
Je suis natif de Béziers, dans l’Hérault, Agde n’est pas très loin. C’est un combat attendu par mes supporters dans ma ville qui vont faire le déplacement, mais aussi des amateurs de boxe parce qu’ils verront un choc des générations, mais aussi une opposition de styles, lui plus offensif, moi plus défensif. Ça promet un beau combat qui enchantera le public.

 

Comment gérez-vous votre carrière de boxeur professionnel ?
J’ai la chance d’avoir un emploi aménagé à la Communauté d’Agglomération de Béziers qui me laisse du temps le matin et le soir pour les entraînements. C’est un réel plus. Mon père est un ancien boxeur professionnel qui connaît les rouages de ce sport. En plus de ma préparation physique, il gère ma carrière. À force de combattre, je commence à être connu dans ma région. Une petite communauté avec des partenaires qui me soutiennent s’est créée autour de moi. Je suis quelqu’un de simple, je n’utilise pas les réseaux sociaux pour me faire connaître. Je travaille dans le silence et la victoire se chargera du bruit.

 

Suivez le gala de boxe d’Agde ce vendredi 28 février à partir de 20 h sur notre Page Facebook

 

Propos recueillis par Leslie Mucret
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE