Renaud Muselier : « Montrer le savoir-faire de la région Sud »

En 2024, la région Sud fera partie des terres d’accueil des Jeux olympiques et paralympiques. Un événement déjà en préparation, notamment avec la création de trois équipes olympiques, comme l’explique Renaud Muselier, président de la Région Sud.

 
Qu’est-ce qui a poussé la Région Sud à créer des équipes olympiques ?

Comme vous le savez, notre région accueillera, à l’occasion des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, non seulement l’ensemble des épreuves de voile, mais aussi des rencontres de football dans les stades de Marseille et de Nice. L’accueil d’un tel événement représente une formidable opportunité de valoriser nos territoires, nos équipements, nos capacités d’accueil. Et je souhaite que la Région Sud prenne toute sa place dans la préparation de cette compétition et accompagne nos athlètes dans cette belle aventure. Nous avons d’ores et déjà rénové le Centre de Ressource, d’Expertise et de Performance Sportive de la région, le CREPS, et nous accompagnons la totalité des structures du Projet de performance fédéral. Nous aidons ainsi les clubs formateurs et les centres de formation, comme nous participons aussi à l’organisation des stages des équipes de France ou des délégations étrangères sur notre territoire. Pour aller plus loin, nous avons créé trois équipes olympiques qui représentent les étapes majeures de la vie d’un athlète, de sa découverte jusqu’à sa reconversion. Avec l’Équipe Avenir, nous encadrerons des jeunes à fort potentiel, ils seront « la génération 2024 ». Elle sera épaulée par l’Équipe Relais qui regroupera des sportifs exemplaires à tout point de vue. Ces derniers sont pour certains en fin de carrière, d’autres sont déjà reconvertis, mais tous viennent partager leur expérience avec les plus jeunes. Enfin, l’Équipe Sud Olympique et Paralympique sera composée des sportifs régionaux pressentis pour être sélectionnés aux prochains JO.

Les sportifs supervisés et accompagnés

Comment s’est déroulé le processus de sélection ?

La sélection des membres est réalisée en collaboration avec le mouvement sportif et le CROS, le Comité Régional Olympique et Sportif Provence-Alpes-Côte d’Azur. Leur expérience dans la préparation de ces grands événements, comme leur connaissance du sport de haut niveau, sont d’une aide précieuse au moment de repérer les athlètes susceptibles d’intégrer l’une de ces trois équipes. La Région validera la liste des sportifs à partir de juin 2019 afin de se préparer au mieux à l’échéance olympique. Les équipes seront par la suite supervisées et accompagnées par un comité de suivi composé de sportifs référents et d’élus régionaux, afin d’adapter la période de préparation à leurs besoins.
 
Comment le public pourra-t-il suivre la progression de ces athlètes ?

Les Jeux olympiques et paralympiques sont un immense moment de ferveur populaire, un moment de rassemblement derrière les sportifs qui défendront les couleurs de la France et de la région Sud. Il est alors inconcevable de ne pas impliquer les habitants de nos territoires. Avec l’aide du CREPS, du CROS et des fédérations sportives, la Région Sud permettra au plus grand nombre de suivre la préparation et la progression de nos athlètes.

1,2 million de licenciés dans la région

Quels sont les moyens mis à disposition de ces équipes ?

Nous mettrons en place un accompagnement spécifique pour chacune des trois formations. L’Équipe Avenir bénéficiera, au même titre que les autres formations de sport de haut niveau, de l’accompagnement régional à travers leur structure d’entraînement. Elle sera parrainée par l’Équipe Relais, composée de sportifs illustres qui sauront répondre aux questions des jeunes athlètes, tant sur le plan sportif qu’au sujet de leur reconversion. L’Équipe Sud Olympique et Paralympique, quant à elle, verra un doublement des bourses régionales allouées aux athlètes sélectionnés pour les Jeux. Chacun disposera ainsi de 3 000 € par an durant les deux années qui précédent les Jeux d’hiver comme d’été. Cette somme permettra notamment, en fonction des disciplines, d’assurer les déplacements ou encore le renouvellement de leurs équipements. Enfin, nous mettrons à la disposition de toutes les équipes une « boite à outils », constituée notamment de notre réseau d’entreprises partenaires afin de les accompagner, au-delà des succès sportifs, vers la réussite de leur formation et de leur insertion professionnelle.
 
Que représente le sport pour la Région Sud ?

Notre région est une terre de sport par excellence. Nous avons, en effet, la chance de bénéficier d’un mouvement sportif qui s’illustre régulièrement sur les scènes nationales comme internationales. Il était alors naturel de faire du développement de la pratique sportive régionale l’une des priorités de notre action. Nous avons ainsi mis en œuvre une politique qui soutient la promotion du sport de haut niveau tout en cherchant à développer l’attractivité et l’aménagement du territoire. Aujourd’hui, grâce à cela, nous accueillons de grands événements comme les Championnats de France Élite Indoor. De même, avec plus de 1,2 million de licenciés, la pratique d’activités physiques et sportives fait partie intégrante de la vie d’un grand nombre d’habitants de la région Sud.

Les JO, un vecteur de cohésion sociale

Comment la Région Sud prépare-t-elle les Jeux olympiques et paralympiques de 2024 ?

Nous voulons faire de l’accueil des Jeux un accélérateur de notre politique sportive. Pour cela, nous avons décliné notre action autour de quatre axes majeurs que sont l’accompagnement de nos athlètes, le soutien apporté aux manifestations et grands événements sportifs, l’élaboration de partenariats avec les acteurs régionaux et nationaux du sport et la création d’Équipes Sud olympiques et paralympiques. Nous les mettons en action à travers plusieurs dispositifs d’ampleur comme notre Plan Voile et Nautisme, grâce auquel nous déployons près de 21 millions d’euros pour encourager la formation des professionnels de ce milieu, sans perdre de vue notre exigence d’excellence écologique. Nous avons également signé une convention avec la Fédération Française d’Athlétisme au sujet de l’accueil de stages des équipes de France et de l’organisation de grandes manifestations dans notre région. Enfin, dans cette dynamique, au-delà des Jeux, nous avons mis en place un Plan Rugby pour préparer l’accueil de la Coupe du Monde 2023. Il nous permet de soutenir pleinement l’organisation de rencontres qui se dérouleront à Nice et Marseille. Et nous réfléchissons aussi à la création d’un Plan Ski pour encourager la structuration du haut niveau dans ces disciplines.
 
Quel impact attendez-vous de cet événement pour la Région Sud ?

Accueillir cet événement est pour nous une chance unique de montrer au monde entier le savoir-faire de la Région Sud en matière d’organisation d’événements sportifs. Nous devons relever tous les défis en matière d’accueil, de logistique, de sécurité, de mobilité, en respectant nos engagements environnementaux. Et nous devons tout mettre en œuvre pour permettre à nos athlètes de briller à domicile, devant leurs supporters. Les Jeux olympiques et paralympiques sont un formidable vecteur de cohésion sociale et un accélérateur du développement économique. Nous nous mobiliserons pour être à la hauteur de la tâche.

Par Olivier Navarranne
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE