08/05/2020

La Bretagne sur tous les fronts

Région très prisée des touristes pendant l’été, la Bretagne propose de nombreuses activités pour séduire les sportifs. Dans l’eau, sur la terre ferme et dans les airs, il y a forcément de quoi être dans son élément.

 

Activités nautiques sur le Lac de Guerlédan

Guerlédan est le plus grand lac intérieur de Bretagne, à cheval entre les Côtes-d’Armor et le Morbihan, ce qui en fait un endroit particulièrement propice aux activités nautiques. Sur ces 400 hectares d’étendue d’eau, les possibilités sont multiples depuis les rives, les plages et les bases nautiques : pêche, aviron, voile, ski nautique et surtout canoë-kayak. Le club de canoë-kayak de Guerlédan, labellisé par la Fédération, propose des randonnées pour découvrir les secrets du lac et les recoins inaccessibles à pied. Pour les pratiquants aguerris, un parcours de slalom à 22 portes a été aménagé dans un espace d’eau vive dans la vallée du Blavet, près du barrage. Cette navigation, plus technique, demande d’être accompagné par un cadre compétent. Les 14 glissières d’écluses sur le canal offriront elles aussi des sensations fortes pour les kayakistes et céistes. Autour du lac de Guerlédan, d’autres activités de plein air comme la randonnée, le VTT, l’escalade ou la course d’orientation sont également proposées.

Plus d’informations > Lac de Guerlédan

Randonnée sur la Côte de granit rose

Le sentier GR34 borde l’ensemble des côtes bretonnes sur plus de 2 000 kilomètres, mais s’il n’y avait qu’une portion à faire, ce serait celle de la Côte de granit rose. Au départ de la ville historique de Lannion, l’itinéraire fait parcourir 61,2 km le long du littoral des Côtes-d’Armor pour arriver en trois ou quatre jours à Louannec. Ce sentier, classé difficile, est jalonné de plages et criques parmi les plus belles du nord de la Région et de rochers colorés aux formes insolites qui justifient le nom du site « granit rose ». Entre les caps, les villages, les falaises et même la forteresse médiévale du Fort La Latte, il y a de quoi découvrir le patrimoine culturel et naturel breton. L’itinéraire n’est pas figé. Il est possible d’ajouter au parcours le tour de l’Ile-Grande à Pleumeur- Bodou, soit 7,6 km supplémentaires, ou tout simplement de découvrir la région d’est en ouest, depuis Perros-Guirec jusqu’à Lannion. À noter que la Côte de granit rose est également un sentier incontournable de la Vélomaritime, itinéraire cyclable européen partant de Kiev.

Plus d’informations > https://www.cotesdarmor.com/

À vélo le long des canaux d’Ille-et-Vilaine

Pas moins de neuf grands itinéraires de véloroutes traversent la Bretagne. La Voie 2, parcours entre Saint-Malo et Redon, dans l’Ille-et-Vilaine, attire par son côté bucolique le long des canaux, notamment celui d’Ille-et-Rance. Les voies sécurisées permettent une activité cycliste et sportive en toute sérénité sur plus de 200 km en cinq étapes. L’itinéraire, ne présentant pas de difficultés majeures, est accessible à tous. Les charmes de l’Ille-et-Vilaine seront appréciés au cours de cette randonnée entre passerelles fleuries, ponts en pierre, abbayes, haltes nautiques, jardins et demeures d’armateurs. Au fil des étapes, trois cités d’art et d’histoire de Bretagne se révèleront aux cyclistes amateurs de patrimoine : Saint-Malo, la cité corsaire sur la Manche qui fait office de départ de la Voie 2, Rennes et enfin Redon à l’arrivée. Le parcours s’arrête pour le moment à la frontière avec le Morbihan. La portion qui continue jusqu’à Arzal est en cours d’aménagement pour se rapprocher encore un peu plus de l’Océan Atlantique.

Plus d’informations > https://www.bretagne35.com/offices-de-tourisme

À la découverte du coasteering sur la Presqu’île de Crozon

Il y a d’abord eu le canyoning dans les cours d’eau, il existe maintenant le coasteering, une discipline similaire, mais sur les côtes. Depuis trois ans, l’association Dizolo développe cette activité venue de Grande-Bretagne, en s’inspirant de la randonnée dans l’eau et du canyoning, sur la Presqu’île de Crozon, dans le Finistère. Les falaises sont formées en escalier, et le relief escarpé offre une bonne préhension. Le parcours de coasteering se fait horizontalement pour éviter d’utiliser une corde qui demanderait des ancrages artificiels, et donc pour ne pas toucher à cet espace naturel et sauvage. Les participants, des groupes de 8 à 10 personnes, grimpent jusqu’à huit mètres, selon le niveau des marées, à travers des grottes et des couloirs en eau avec un courant intéressant. Une sortie sur ce parcours sur les falaises de la Presqu’île de Crozon correspond à quatre ou cinq heures de randonnée en montagne. Il est donc conseillé d’être sportif régulier avant de se lancer dans cette discipline récente. D’autres parcours existent en Bretagne : à Plougonvelin dans le Finistère et sur les falaises de Plouha dans les Côtes-d’Armor.

Plus d’informations > http://dizolo-nature.fr/

Du parapente au-dessus des Monts d’Arrée

Au cœur du Parc naturel régional d’Armorique, il existe une région sauvage et préservée : les Monts d’Arrée. Ce site authentique très peu arboré qui coupe le département du Finistère en deux mérite qu’on prenne de la hauteur pour mieux l’observer. Il existe deux sites de décollage de parapente labellisés par la Fédération française de vol libre qui permettent de s’envoler et d’avoir une vue d’ensemble sur les Monts, le lac et le Parc naturel. Le premier se situe au sommet du Tuchen Kador où les vents est et sud-est dominent. Il a également l’avantage de présenter un terrain assez favorable pour les deltaplanes. L’aire d’envol du côté de Saint-Michel de Brasparts est quant à elle exposée aux vents de nord-est. Petit bonus, une fois dans les airs, les parapentistes ont une autre vision de la chapelle qui trône sur la colline près du site de décollage. Les conditions de vol au-dessus des Monts d’Arrée sont plutôt toniques l’été. Les parapentistes moins aguerris attendront peut-être l’automne avant de s’élancer. Quand la météo le permet, des ULM viennent également survoler les Monts d’Arrée pour profiter de ces paysages de caractère.

Plus d’informations > https://pbvl.fr/

La baie de Quiberon rendez-vous des surfeurs

En remettant le label ville de surf à Plouharnel, la Fédération française de surf a contribué à la reconnaissance de la baie de Quiberon comme l’un des meilleurs spots de ce sport de glisse en Bretagne. Grâce à sa grande diversité de plans d’eau et d’expositions au vent, cette région, entourée d’un massif dunaire, est un lieu particulièrement apprécié des surfeurs de tous niveaux. Sur la côte sauvage, la houle du large et le vent d’ouest favorisent l’apparition de hautes vagues. Les surfeurs confirmés auront plaisir à partir des criques de Port Blanc, de Port Rhu ou de Port Bara pour dompter l’Océan Atlantique. Avec sa faible pente qui forme des vagues plus faciles d’accès, la plage de la Guérit favorise les activités en famille et les premières sorties sur la planche, tout comme les plages de Sainte-Barbe et Mané Guen. Les moniteurs de l’École de surf de Bretagne sont présents pour initier ou accompagner le perfectionnement. Bien sûr, la pratique du surf n’exclut pas toutes les autres disciplines nautiques sur les plages de sable fin de la presqu’île de Quiberon. Entre char à voile, paddle, voile, kayak de mer ou encore kitesurf, le choix est grand.

Plus d’informations > https://www.baiedequiberon.bzh

Leslie Mucret
Crédit photos : Emmanuel Berthier, Donatienne Guillaudeau - CRT Bretagne, Dizolo Nature, Isabelle Argall et OT Baie de Quiberon - A.Lamoureux
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE