Athlétisme : Objectif Tokyo pour Jimmy Gressier

Jimmy Gressier, spécialiste du demi-fond, représente le futur de la France dans la discipline. Licencié du Boulogne AC, sa ville de naissance, l’athlète n’était pourtant pas prédestiné à représenter l’équipe de France d’athlétisme. Après avoir quitté le football pour l’athlétisme, l’athlète de 23 ans tentera ce vendredi à Toulon de réaliser les minima pour participer aux JO de Tokyo.

Le Boulonnais commence l’athlétisme à 16 ans et déjà, un dilemme se pose. Alors passionné de football, le jeune homme est vite repéré pour ses capacités athlétiques. Il raconte : « Ils me disaient qu’ils n’avaient jamais vu ça chez un footballeur. Je faisais des compétitions d’athlétisme en UNSS (Union nationale du sport scolaire) pour le loisir et je battais les coureurs qui en faisaient en club. » Les entraîneurs lui suggèrent alors de se mettre pleinement à l’athlétisme. En 2015, il prend part à la Coupe du Monde de football UNSS avec la France et la même année, il s’envole pour les Championnats du monde de cross-country en Chine. Quelques mois plus tard, le jeune homme, alors âgé de 17 ans, fait son choix : l’athlétisme. « J’ai arrêté le football à 17 ans car mes entraîneurs de football et d’athlétisme m’ont dit que je pourrais rejoindre l’équipe de France et faire les Jeux Olympiques. » Pleinement investi dans le demi-fond, ses prouesses impressionnent. Il remporte son premier titre en cross-country en 2017 en devenant Champion d’Europe espoir, un titre qu’il conservera pendant 3 ans. Mais un problème se pose : le jeune boulonnais n’arrive pas à performer sur la piste. Mais aux côtés de son entraineur Arnaud Dinielle, il va travailler d’arrache-pied : « Les gens me disaient que c’était très compliqué pour les crossmen ou les routards d’être forts sur la piste. À chaque fois que je commençais la saison sur piste, j’avais une boule au ventre et ça ne se passait pas comme prévu. J’avais un blocage mental et il fallait effacer cela car si le doute s’installe, c’est compliqué. »

 

 

Le 16 février 2020 restera dans la tête du jeune athlète. En effet, c’est à cette date qu’il devient recordman d’Europe du 5km sur route. Avec un temps de 13min18s il réalise sa meilleure performance et éclate aux yeux du monde. Aujourd’hui, Jimmy Gressier n’a qu’un seul objectif en tête : les JO de Tokto. Pour y parvenir, l’athlète ambitionne de participer aux 3000 mètres steeple, même s’il n’a encore jamais couru en compétition sur cette épreuve. Ce choix compliqué ne lui fait pourtant pas peur : « Je pense que c’est la discipline sur laquelle j’ai le plus de chances d’aller aux JO. Il faut laisser le temps au temps, que je m’entraîne et que je progresse mais je peux être très fort. J’ai tout à prouver et rien à perdre. Il faut garder les pieds sur terre et respecter cette discipline donc il va falloir bien bosser. » Seul objectif du Français : être médaillé. Il ne laisse rien au hasard, il rejoint le groupe de 3000m steeple des coureuses Emma Oudiou et Maëva Danois à l’INSEP pour travailler sa technique. En pleine forme, ce véritable athlète tout-terrain a réalisé le 29 janvier dernier la deuxième meilleure performance française de tous les temps sur 3000 mètres en salle avec une course en 7min 33s 73. Fort de sa préparation, il participera au Meeting de Toulon ce vendredi. Dédié au demi-fond, le Boulonnais tentera alors de réaliser les minima olympiques sur 5000m.

Arthur Glory
Crédit photo : Von Der Laage / Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE