Le sport scolaire unifie l’Océan Indien

Du 14 au 19 avril, le Lycée Français de Tananarive a organisé l’édition 2019 des Jeux de l’Océan Indien, ou Gecko Games. Un événement créé par l’UNSS (Union nationale du sport scolaire) et l’AEFE (Agence des établissements français à l’étranger), qui participe pleinement au développement du sport scolaire dans cette zone du monde.

 

À la découverte de la grande île. Durant six jours du 14 au 19 avril, 375 élèves venus de huit territoires ont participé à Madagascar à l’édition 2019 des Jeux de l’Océan Indien, ou Gecko Games. C’est en novembre 2015 que cet événement a vu le jour. Depuis, les Gecko Games n’ont cessé de se développer, portés par l’UNSS et l’AEFE. L’édition 2019, organisée par le Lycée Français de Tananarive, n’a pas dérogé à la règle. « Pour l’occasion, nous avons donc accueilli des équipes venant de huit territoires : Madagascar bien sûr, mais aussi Djibouti, l’Afrique du Sud, l’Île Maurice, Mayotte, la Réunion, le Kenya et le Mozambique », détaillent Camille Magnat et Iris Lemoine, membres de l’association sportive du Lycée Français de Tananarive et jeunes organisatrices de l’événement. « On a essayé de diversifier un maximum les territoires concernés par l’événement. La diversité, on la retrouve aussi dans les sports proposés. Nous avions mis quatre disciplines au programme : le raid, la danse, la natation et le rugby. Concernant le rugby, c’est une discipline forte à Madagascar. Elle est utilisée par des associations locales afin de promouvoir le sport scolaire et de permettre aux jeunes malgaches de pratiquer une activité sportive. Il nous paraissait donc important d’intégrer ce sport aux Gecko Games. »

Du sport et de la culture

« L’événement a été scindé en deux parties », poursuivent les deux jeunes lycéennes. « Deux jours et demi de compétition, puis deux jours et demi de découverte de la culture malgache. Cela permet de proposer une offre éducative complète. » Concernant l’aspect sportif, le format habituel des Gecko Games prévoyait qu’une même équipe d’établissement participe à tous les sports. Celui de 2019 est plutôt conçu comme des Olympiades, à savoir que les équipes d’établissements s’engagent sur une seule épreuve. Chaque jour, au fil de ces épreuves, les élèves y participant ont pu échanger sur leurs disciplines respectives et apprendre à se connaître. Les Gecko Games sont ainsi un formidable espace de socialisation autour du sport… mais pas seulement. « On a mis en place un atelier artistique où les élèves ont pu réaliser des porte-clefs malgaches avec l’aide d’artisans locaux. Durant la semaine, plusieurs intervenants représentant divers domaines de la culture malgache sont intervenus afin de présenter leurs activités aux participants », détaillent les jeunes élèves en charge de l’organisation. L’aspect culturel, déjà très présent dans les différentes organisations UNSS, est ici prépondérant.

La culture malgache en avant

Les participants aux Gecko Games ont ainsi pu en apprendre beaucoup plus sur la culture malgache. Une priorité aux yeux de l’organisation. « Pour nous, le bureau de l’AS, il était important de montrer une image positive de Madagascar, de faire découvrir la culture de ce pays aux participants. Tout au long de la semaine, nous avons également invité les participants à s’interroger sur le rapport entre l’Homme et la machine. La préservation de l’environnement a fait partie des autres thèmes de sensibilisation, avec la mise en place d’ateliers et d’actions. » Prendre appui sur le fait sportif pour sensibiliser les participants à l’activité de l’Homme, son rapport à la nature, sa force créatrice-destructrice, son besoin de recourir à la machine pour accroître ses possibilités naturelles, ses performances : autant de sujets qui ont ainsi constitué le fil rouge de ces Gecko Games version 2019. Une thématique dont le Lycée Français de Tananarive était très fier. « Nous avons organisé les Gecko Games, mais le bureau de l’AS est également en charge de l’organisation de plusieurs autres événements. Le but est de promouvoir le sport scolaire dans notre ville et notre pays. Le sport scolaire a un vrai potentiel de développement à Madagascar. De nombreuses associations œuvrent dans ce sens, notamment grâce à la pratique du rugby qui est un sport très populaire auprès des jeunes du pays. » Pour Madagascar, nul doute que cet événement a permis de créer un véritable élan pour l’accès des jeunes au sport.

L’AEFE et l’UNSS ensemble

Du côté de l’AEFE, le bilan de ces Gecko Games s’avère extrêmement positif. Non seulement ils ont permis de réunir le premier comité exécutif de Ligue AEFE-UNSS Océan Indien, mais ils ont également facilité la montée en compétences des élèves sur les quatre pôles d’activités choisis. « On a voulu créer un événement qui permettrait de réunir des enseignants très impliqués sur un pôle d’activités spécifique. Cela a permis aux équipes participantes de finaliser le travail accompli par leurs établissements tout au long de l’année », assurent les jeunes organisateurs. Les participants n’ont pas été les seuls à mettre la main à la pâte. « Deux ateliers de travail ont d’ailleurs permis aux enseignants de se réunir et de travailler à la structuration des échanges sur les quatre pôles sportifs pour les années à venir. » Une véritable dynamique scolaire est donc en train de s’engager sur les disciplines que sont le raid, la danse, la natation et le rugby. Elle devrait prendre de l’ampleur très prochainement, notamment dans cette zone de l’Océan Indien, tant ces Gecko Games 2019 ont permis de créer des liens forts entre les différents territoires.

Des Gecko Games écolos

Organiser un événement propre et responsable, c’était l’objectif des jeunes organisateurs des Geckos Games. Les élèves se sont ainsi questionnés sur les actions à mener pour limiter les conséquences environnementales liées à un tel événement. Parmi les « mesures » retenues, planter 1 000 arbres pour compenser les émissions de gaz polluants inhérentes aux déplacements aériens des participants venus d’autres pays. Une gestion irréprochable des déchets a également été mise en place, sans oublier une importante sensibilisation aux questions environnementales.

Par Olivier Navarranne
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE