Les espoirs de l’ASM Clermont-Auvergne champions de France

Le sixième titre de la catégorie Espoirs ramené par les jeunes Auvergnats après leur victoire face à Pau, est un signe supplémentaire de l’excellence de la formation « jaune et bleu » de l’ASM Clermont-Auvergne.

 

A travers ce nouveau succès, c’est la politique du club qui est récompensée. En plus de ce nouveau trophée, ce sont 12 joueurs qui signeront l’année prochaine ou les suivantes leur premier contrat professionnel avec l’ASM Clermont Auvergne. La pépinière auvergnate continue de rayonner sur le rugby professionnel formant probablement le meilleur recrutement de l’équipe première qu’aucun autre club n’est en mesure de contester.

12 signatures vers le groupe professionnel sur les 3 saisons à venir

Le club Auvergnat est ainsi une référence française avec 28 joueurs professionnels issus du centre de formation depuis le premier titre Espoirs en 2006. Cette saison encore, la « promotion » affole les compteurs puisque 21 joueurs Espoirs (Cancoriet, Penaud, Raka, Fernandez, Beheregaray, Trussardi, Tuicuvu, Ruaud, Lavernhe, Hutteau, Kakabadze, Simutoga, Septar, Barjaud, Giorgadze, Ezeala, Astier, Van Tonder, Nicoue, Falatea et Lemardelet) ont participé au moins une fois à une rencontre de TOP 14 (Judicaël Cancoriet en tête avec 18 matches). Douze d’entre-eux ont déjà scellé leur avenir en paraphant leur premier contrat professionnel avec leur club formateur : Beheregaray, Cancoriet, Fernandez, Raka, Simutoga et Corentin Astier dès la saison prochaine, puis Giorgadze, Tuicuvu, Barjaud et Kakabadze en 2019 avant Damian Penaud et Julien Ruaud en 2020.

L’ASM, un modèle de formation

La recherche d’une excellence qualitative dans le travail d’éducation sportive est un fondement essentiel de la stratégie de l’ASM. Il s’applique de manière égale à toutes les disciplines pratiquées au sein du club. Dans le cadre du rugby, il se double d’une dimension quantitative : celle d’alimenter 50% de l’effectif de l’ASM Clermont Auvergne avec des joueurs formés au club. Dans toutes ses sections, l’ASM s’enorgueillit de faire émerger de jeunes talents jusqu’au plus haut niveau national ou international. Et quand les structures ou ressources ne sont pas présentes au sein de l’ASM, des partenariats sont développés afin d’ouvrir pour ces jeunes l’accès au plus haut niveau.

Bertrand Rioux – Directeur du Centre de Formation de la section Rugby de l’ASM :

« Cette année, probablement plus que les autres, ce titre fut vraiment difficile à aller chercher en raison du rôle de soutien que nous avons dû tenir vis-à-vis de l’équipe professionnelle, pas épargnée par les blessures. Sincèrement, ce titre n’était pas programmé. En revanche, nous avons travaillé toute l’année pour amener vers le meilleur niveau les 19 joueurs qui ont eu l’occasion d’évoluer avec l’ASM Clermont Auvergne lors de cette saison de Top 14 ». Ainsi, l’équipe qui vient de gagner le titre dans sa catégorie possède également la particularité d’être l’une des plus jeunes de la compétition. « Cela correspond à notre philosophie. L’idée n’est pas d’amener des joueurs à la limite d’âge de la catégorie pour avoir une équipe performante, mais, au contraire, de faire évoluer les joueurs dès qu’ils en ont la capacité au plus haut niveau possible. Ainsi, Dorian Lavernhe (18 ans), Sam Ezeala (18 ans), ou plus récemment, Tani Vili (17 ans) ont, malgré leur jeune âge, intégré le groupe espoirs car c’est à ce niveau qu’ils peuvent encore progresser. Mis à part quelques rares exemples, les joueurs qui n’ont pas exprimé leur potentiel entre 18 et 20 ans auront du mal à passer le cap du professionnalisme. Notre rôle est de leur donner un maximum de chance d’y arriver, en leur offrant la meilleure opposition possible et, cela, le plus tôt possible ».

Gérard Bertin – Président de la section rugby de l’ASM :

« Depuis la mise en place du Centre de formation rugby à l’ASM en 2004, nous avons eu de cesse d’améliorer et de perfectionner notre dispositif afin de permettre à nos jeunes de réussir le double projet qui est le leur, à savoir de conjuguer les études et le sport de haut niveau, et surtout de devenir des Hommes ».

La rédaction

 

Crédit photo : Renaud Baldassin
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE