Le pôle espoir rugby de Dijon dévoile le potentiel de la région

Depuis 15 ans, l’Académie pôle espoir rugby de Dijon produit des joueurs qui ensuite évoluent dans des clubs professionnels voire en équipe de France A. Gros plan sur le travail de cette structure.

 

À l’Académie pôle espoir rugby de Dijon, une vingtaine de jeunes se préparent pour atteindre le plus haut niveau français. Ces joueurs s’entraînent quinze heures par semaine et sont aussi scolarisés au sein du lycée Hippolyte-Fontaine dans le cadre de leur double projet. « Il est important que le jeune montre qu’il travaille bien, qu’il a un bon état d’esprit et s’investit à fond pour une réussite globale », indique Pierre Auboeuf, manageur de l’Académie pôle espoir rugby de Dijon. « Notre objectif est qu’aucun des joueurs et joueuses ne soient en échec. »

Un engagement quadripartite

Les entraînements ont lieu au CREPS de Dijon qui, grâce à une convention, met à disposition des terrains, une salle de musculation, un espace de conférence, une cellule médicale et des transports. Les 26 joueurs, dont six filles et deux arbitres, sont suivis par deux préparateurs physiques et bénéficient des conseils du Centre d’expertise de la performance de Dijon. La Ligue régionale de rugby envoie plusieurs intervenants pour le travail spécifique. « Le fonctionnement du pôle est quadripartite entre le lycée, la ligue, les clubs et la fédération, qui subventionne en partie la structure », complète Pierre Auboeuf. « L’objectif de la structure est que chaque joueur puisse jouer dans le meilleur niveau de sa catégorie pour alimenter les équipes de France jeunes et les préparer pour obtenir un contrat professionnel. Il arrive que certains manquent de maturité après le pôle et est besoin d’une année de transition en Fédérale pour mieux décoller. »

 

Une région avec du potentiel

Le bassin de l’Académie pôle espoir rugby de Dijon s’étend sur tout le quart nord est de la France. « Nous effectuons un suivi des U15 dans les centres sportifs, puis nous faisons venir les joueurs à fort potentiel sur des tournois inter-ligues pour évaluer leur niveau », décrit le manager. « Enfin, ils font un stage chez nous pour voir leur entraînabilité sur une semaine type. » Pierre Auboeuf bat en brèche l’idée que la Bourgogne-Franche-Comté, et cette partie nord est de la France en général, n’est pas une terre de rugby. « Nous avons formés six joueurs qui sont passés en équipe de France depuis 15 ans et 25 qui évoluent actuellement au niveau professionnel du champion de France de rugby. » Il cite Morgan Parra, Alexandre Lapandry, Clément Fournier, troisième ligne de la section paloise ou encore Arthur Retière qui joue à la Rochelle. « Si la région laisse à penser que le rugby est peu présent, c’est parce que les clubs sont moins professionnels que dans le sud, mais nous avons autant de jeunes à fort potentiel que les autres », insiste Pierre Auboeuf.

Leslie Mucret
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE