Julien Pierre voit la vie en vert

Après une riche carrière de rugbyman, Julien Pierre a repris le chemin de l’école en 2018, avec pour objectif de s’engager pour la protection de l’environnement. Fin 2020, l’ex-international a officiellement lancé FAIR PLAY FOR PLANET, le premier label vert pour les clubs et les événements sportifs.   Le 5 mai 2018, Julien Pierre foulait […]
Après une riche carrière de rugbyman, Julien Pierre a repris le chemin de l’école en 2018, avec pour objectif de s’engager pour la protection de l’environnement. Fin 2020, l’ex-international a officiellement lancé FAIR PLAY FOR PLANET, le premier label vert pour les clubs et les événements sportifs.
  Le 5 mai 2018, Julien Pierre foulait pour la dernière fois la pelouse du Stade du Hameau. Une victoire contre Toulon (38-26) qui permettait à la Section Paloise de terminer à la huitième place du Top 14, et à Julien Pierre de mettre fin à sa carrière de sportif de haut niveau avec le sentiment du devoir accompli. Pas le temps pour le finaliste de la Coupe du monde 2011 de faire face à la « petite mort » du sportif. Une fois les crampons raccrochés, il passe coordinateur sportif du club béarnais et retourne sur les bancs de l’école avec un objectif bien précis : s’engager pour la protection de l’environnement.
Une reconversion qui n’a rien d’une excentricité pour celui qui a passé son enfance aux Sables-d’Olonne entouré d’animaux. Son grand-père était alors le propriétaire du Zoo des Sables, et a aussi créé le Parc animalier de Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire). « Le respect de la planète, c'est une sensibilité que j'ai depuis longtemps, depuis l'enfance. J'ai toujours été sensible à la protection de l'environnement, et je suis président fondateur d'une fondation pour la protection de l'environnement et des espèces menacées depuis une dizaine d'années maintenant », explique Julien Pierre. En partenariat avec le Parc Animalier d’Auvergne, la Passerelle Conservation est née après un voyage de l’ex-rugbyman avec son oncle à Sumatra, île qui œuvre pour la protection du tigre, en 2009.
Pour lire la suite :
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

Désolé, vous ne pouvez pas laisser de commentaire sur cet article.

PUBLIER UN COMMENTAIRE