YelloPark, un stade au centre des débats

La décision de Waldemar Kita, le président du FC Nantes, d’abandonner prochainement le stade de La Beaujoire pour construire juste à côté une toute nouvelle enceinte, le YelloPark, continue de susciter la controverse.

 

En septembre 2017, le FC Nantes annonçait à la surprise générale son intention de construire un tout nouveau stade, en partenariat avec le promoteur Réalités et en accord avec Nantes Métropole. Baptisé YelloPark, ce projet à fonds 100 % privés comprend la construction d’une nouvelle enceinte (« le plus beau stade de France et le plus moderne », promettait alors le président du club Waldemar Kita), mais aussi la création d’un quartier neuf alentour, avec 2 000 logements (dont une tour de 120 mètres de haut), des commerces et des bureaux. Assez vite néanmoins, cet ambitieux objectif a suscité des critiques. Nantes Métropole, par la voix de la maire de Nantes Johanna Rolland, continue de soutenir le projet mais a demandé de supprimer la tour et de construire 1 500 logements seulement.

La Beaujoire sacrifiée

Mais, c’est du côté des supporters que la fronde se fait la plus forte. En cause, la décision de détruire le stade existant, La Beaujoire, pour en construire un autre juste à côté à peine plus grand. « L’actuel fait 35 000 places et date seulement de 1984. Pourquoi le remplacer par un autre de 40 000 juste à côté ?, interroge Florian Le Teuff, de l’association À La Nantaise. D’autant plus qu’on peine déjà à remplir La Beaujoire… » La saison dernière, le taux de remplissage était de seulement 65 %. « On prône un projet de rénovation plus raisonnable du stade actuel qui est loin d’être obsolète, poursuit le militant. Il suffit de regarder comment on a fait évoluer Anfield Road à Liverpool ou Le Parc des Princes à Paris… Il faut s’en inspirer. »

Un budget sous-évalué

Les supporters, associations et riverains opposés au YelloPark commencent à se faire entendre. La vente du terrain de La Beaujoire par Nantes Métropole a une première fois été reportée et la Commission nationale du débat public (CNDP), sollicité pour rendre un avis neutre sur le sujet, a récemment estimé dans un rapport qu’il fallait « des alternatives à la reconstruction du stade de La Beaujoire et une totale transparence sur l’évaluation du prix des terrains ». S’agissant du budget total du projet, il était estimé à 200 millions d’euros minimum à l’origine. « Selon les éléments versés au dossier, le coût complet est plutôt de 500 millions d’euros », a estimé la présidente de la CNDP Chantal Jouanno. La construction du YelloPark doit débuter l’an prochain, pour une livraison en 2022. S’il voit le jour… Cette affaire ressemblant de plus en plus à un petit Notre-Dame-des-Landes en gestation.

Par Régis Delanoë
Crédit photo : DR
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE