Les filles balle au pied à Reims

Reims veut s’imposer comme une place forte du football féminin. Avant la Coupe du monde, la sous-préfecture de la Marne accueillera 32 équipes de minimes filles scolaires lors d’un double championnat de France organisé par l’UNSS.

 

Pendant un mois, Reims va vivre au rythme du football féminin, pendant la Coupe du monde de la FIFA du 7 juin au 7 juillet. Mais avant, l’UNSS de l’Académie de Reims aura organisé deux championnats de France de football féminin. Trente-deux équipes de minimes, seize en équipe établissement et seize en excellence vont s’affronter du 21 au 24 mai avec le même but en tête, être sacrée meilleure équipe de France. Ils seront nombreux au complexe sportif Géo André, sur le terrain du CREPS et au stade de la Muire à Tinqueux. « Au total, il y aura 400 participants, en comptant les jeunes officiels et 100 accompagnateurs », détaille Bruno Gandilhon, directeur adjoint du service régional.

Les jeunes aux manettes

Au rythme de deux matchs par équipes par jour, les journées promettent d’être intenses. « 60 professeurs d’EPS de l’académie seront à l’organisation », précise Bruno Gandilhon. L’UNSS pourra compter sur le soutien de jeunes organisateurs issus du lycée Joliot-Curie de Reims, en charge de l’accueil et du protocole, ainsi que sur des jeunes arbitres spécialement préparés pour l’occasion. Les jeunes footballeurs collégiens issus des sections sportives et du pôle de préformation de la FFF basé au CREPS seront aussi de la partie en tenant les différentes tables de marques autour des terrains. Les participants et accompagnateurs seront hébergés dans les lieux non loin du complexe sportif et sont encouragés à découvrir la ville. « Nous allons essayer de faire visiter le stade Auguste-Delaune où se joueront six matchs de la Coupe du monde », avance le directeur adjoint.

« Il faut persévérer »

L’organisation de ce double championnat de France exclusivement féminin était une demande conjointe de la ville de Reims et de l’UNSS de l’académie. « Il fait partie du programme des événements organisés avant la Coupe du monde », explique Bruno Gandilhon. « C’est important pour la ville qui développe beaucoup le football et le futsal féminins. La section féminine du Stade de Reims est en tête de la Division 2 et est bien partie pour remonter en D1. » L’UNSS de l’académie de Reims comptait en juin 2018 30 000 licenciés, tous sports confondus, dont près de 42 % de licenciées filles, « un bon chiffre qui se situe dans la moyenne nationale mais il faut persévérer », estime le directeur adjoint. « Nous continuerons de développer les sports collectifs féminins. »

Amener les jeunes au stade

L’UNSS régionale est partenaire de la ville de Reims dans ses opérations de promotion de la Coupe de monde féminine de la FIFA 2019. « Nous sommes en pourparlers pour que les jeunes aient des tarifs préférentiels et puissent remplir le stade », précise Bruno Gandilhon.

Par Leslie Mucret
Crédit photo : UNSS
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE