L’AJ Auxerre, précurseur dans la formation

Le centre de formation du club de football de l’AJ Auxerre est l’un des plus réputés de France. Il le doit à ses dirigeants qui, au début des années 80, ont été précurseurs dans la façon de travailler.

 

Éric Cantona, Basile Boli, Lionel Charbonnier, Philippe Mexès… Ces quatre joueurs de football bien connus ont un point commun : ils sont sortis du centre de formation de l’AJ Auxerre. En tout, 17 Français qui ont évolué du côté de la Route de Vaux ont ensuite porté la tunique bleue chez les A, sans oublier ceux qui ont connus des sélections en équipes de jeunes. De plus, une trentaine d’autres joueurs ont été capés dans leur sélection nationale respective comme Aurélien Chedjou au Cameroun et Chris Malonga au Congo. Comment expliquer que le centre de formation de l’AJA ait donné autant de bons joueurs ? « Nous avons été un des premiers clubs à organiser la formation telle qu’on la connaît maintenant, avec hébergement et internat dédiés », répond Baptiste Malherbe, directeur général du club icaunais. « Les dirigeants ont été des précurseurs. »

Un temps d’avance

Fin des années 70, début des années 80, le club de l’Yonne s’est lancé dans la construction d’un premier bâtiment d’accueil. « Les dirigeants de l’époque ont été malins », souligne Baptiste Malherbe. Dans un département avec peu de moyens, il fallait des arguments pour faire venir les futures générations de footballeurs. « L’idée était d’aller chercher de très bons jeunes plus loin et de leur offrir tout sur place. » Tout a été développé pour un accueil optimal : les terrains et une salle couverte, les lieux d’hébergement et de restauration, le lycée pour la scolarisation, entre autres. « Le modèle a bien fonctionné avec plusieurs victoires en Coupe Gambardella (7 au total entre 1982 et 2014, NDLR) », raconte le directeur général. « Le centre de formation d’Auxerre est devenu une référence. C’est ce temps d’avance sur les autres clubs qui a permis d’attirer les meilleurs jeunes. » Daniel Rolland a très longtemps dirigé la structure, soutenu par Jean-Claude Hamel, président de l’AJA de 1963 à 2009, qui a œuvré pour sa stabilité, et Guy Roux, entraîneur de 1961 à 2005, qui intégrait les jeunes dans l’équipe première. « La qualité du centre de formation a permis à l’AJ Auxerre de monter en Ligue 1, d’y rester pendant des années et de jouer en Coupe d’Europe », relève Baptiste Malherbe.

« Le savoir-faire ne s’achète pas »

Cette culture du club formateur fait partie de l’ADN de l’AJ Auxerre. « Tout le monde est très attaché à cette formation », affirme Baptiste Malherbe. « Les supporters aussi sont fiers quand un jeune formé au club arrive en équipe première. » Cependant, entre temps, les autres clubs français, dont les mieux classés en Ligue 1, ont développé leur propre structure de formation sur le même modèle. « Les jeunes viennent toujours grâce à cette culture. Le savoir-faire ne s’achète pas », insiste le directeur général. « L’AJ Auxerre reste une référence pour les parents et attire les jeunes de la région, du Centre et du bassin parisien. » Avec ses infrastructures rénovées en 2014, le centre de formation auxerroise n’a pas perdu la main. « Nos équipes de jeunes rivalisent encore avec les autres, comme celles de l’OL ou du PSG », souligne Baptiste Malherbe.

Leslie Mucret
Crédit photo : AJA
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE