Bryan Soumaré, le footballeur solidaire

Footballeur de 21 ans, Bryan Soumaré évolue actuellement en Ligue 2, au FC Sochaux. Prometteur balle au pied, le natif de Saint-Quentin a fait parler de lui durant l’automne en lançant une démarche solidaire en cette période de crise sanitaire, symbole d’une personnalité qui détonne dans le monde du football professionnel. Un cadeau de Noël […]
Footballeur de 21 ans, Bryan Soumaré évolue actuellement en Ligue 2, au FC Sochaux. Prometteur balle au pied, le natif de Saint-Quentin a fait parler de lui durant l'automne en lançant une démarche solidaire en cette période de crise sanitaire, symbole d'une personnalité qui détonne dans le monde du football professionnel.
Un cadeau de Noël légèrement en avance. Fin décembre, Bryan Soumaré a enfin réussi à faire trembler les filets. Le jeune milieu de terrain aura attendu son 31e match professionnel pour débloquer son compteur, lui dont le parcours a été linéaire, mais semé d'embûches. « J'ai commencé le football dès l'âge de trois ans et demi », raconte le natif de Saint-Quentin. « Je ne pouvais pas jouer car j'étais trop jeune, je me contentais donc des entraînements. Je suis progressivement passé par toutes les catégories et j'ai effectué plusieurs essais dans des centres de formation, notamment à Marseille et au Havre. Mais ils m'ont dit que j'étais trop timide pour intégrer un centre de formation dès le plus jeune âge. Il est vrai que j'étais un peu trop réservé, malheureusement j’ai échoué à cause de ça. » Première embûche, mais pas la plus importante. « En U14, j'ai été victime d'une blessure qui m'a écarté des terrains durant deux ans. Les médecins m'ont dit que si je continuais à jouer blessé, je risquais de finir en chaise roulante. Je me suis donc arrêté pendant deux ans. » Deux ans de pause, une période interminable, mais pas synonyme de fin pour Bryan Soumaré. « Heureusement, mon genou s'est solidifié et j'ai pu recommencer à jouer. Être professionnel, j'avais complètement lâché l'affaire...
Pour lire la suite :
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

Désolé, vous ne pouvez pas laisser de commentaire sur cet article.

PUBLIER UN COMMENTAIRE