Basket : Yves Pons, un Provençal vers la NBA

Après quatre ans sous les couleurs de l’université de Tennessee, à Knoxville, le très physique ailier fort tente le grand saut dans la plus grande ligue de basketball du monde : la NBA.

Le parcours atypique d’Yves Pons se poursuit. Le natif d’Haïti, adopté à l’âge de 4 ans, rejoint Aix-en-Provence dès son plus jeune âge. C’est dans la région qu’il fera ses premiers pas de basketteurs. Il intègre ensuite l’Insep et son centre fédéral, mais ne disputera qu’une dizaine de matches en 3 ans à cause de blessures à répétition. Mais son potentiel est évident aux yeux des recruteurs américains. Il est sollicité en 2017 par Texas Tech et d’autres universités, il choisira les Volunteers de Tennessee. Là-bas, il bénéficie d’un suivi médical de haute performance, les blessures sont derrière lui et les performances s’améliorent. Si bien que sa troisième saison outre-Atlantique (2019-2020) est celle de son apogée. Il termine l’exercice à 10,8 pts, 5,4 rebonds, et 1,1 passes de moyenne. Des prestations qui lui valent un titre de défenseur de l’année dans la conférence Sud Est. Il décide alors, à l’été 2020, de s’inscrire pour la draft à laquelle il renoncera finalement.

Cette dernière saison à Knoxville fût en demi-teinte pour un Yves Pons qui n’a pas échappé à la faillite collective d’une formation qui comptait pourtant de belles individualités à l’image de Keon Johnson ou Jaden Springer. Peu importe, l’ailier fort français garde tout de même un bon souvenir de son passage universitaire : « C’était un challenge un peu fou de venir ici, sans trop savoir à quoi m’attendre ! […] Dans ma troisième année j’ai vraiment montré ce que je savais faire mais avec le Covid et ses conséquences je n’ai pas pu faire les workouts et aller à la Draft NBA, ça m’a vraiment mis un coup, mais j’étais prêt à revenir et être encore meilleur. » Le jeune français a réellement ses chances selon Jean Uminski, spécialiste basket NCAA pour le média Midnight on Campus : « Yves Pons est un joueur très intéressant notamment défensivement, ses performances ont prouvé que c’est un joueur possiblement taillé pour la NBA. Mais il doit travailler la régularité de son shoot notamment à 3 points. Je pense qu’il sera sélectionné en fin de deuxième tour, cette draft sera très serrée, tout est possible. » Si Yves Pons réussit ce pari un peu fou, il deviendrait le premier provençal à jouer pour une franchise NBA. Historique.

Alexandre Pastorello
Crédit photo : SUSA / Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE