Basket – Trophée du Futur : Cholet au bout du suspens

Dans une rencontre tendue et hachée (70-63), les Choletais n’ont pas joué leur meilleur basket mais ils ont fait preuve de beaucoup de résilience pour renverser le match en leur faveur. Les Dijonnais, rugueux et bien en place défensivement n’ont pas à rougir de leur performance du soir.

Décidément, les joueurs de la JDA sont des adeptes des débuts de match éclair. Déjà hier en quart de finale, les bourguignons avaient fait forte impression en étouffant dès le premier quart temps de pauvres palois bien malmenés. Les premières minutes de ce duel ont confirmé la tendance Dijonnaise, sauf que la performance est cette fois d’un tout autre acabit face au double tenant du titre, Cholet Basket, à l’issue d’un premier acte tendu et rugueux (14 fautes), la JDA mène de +9. Régis Boissié, le coach Choletais nous l’avait confié hier à l’issue d’un quart de finale mal débuté par ses ouailles, qu’il sentait pris par l’enjeu de l’évènement, ce fût donc bis repetita ce samedi. A l’image d’un Léopold Delaunay, capitaine et leader technique de l’équipe, le CB se cassait les dents face à la défense Dijonnaise. Mais cela n’allait pas durer, à 5 minutes de la mi-temps, Cholet se rappelait qu’il était une équipe à part et infligea un 11-0 à la JDA. Grâce à une défense agressive, les hommes de Régis Boissié forçaient leurs homologues à la faute pour s’ouvrir les extérieurs. La machine était lancée sous l’impulsion du meneur Nathan de Souza, intenable en longue distance dans ce deuxième acte. A la pause, le CB avait résorbé l’écart et même mieux il menait 36-31, grâce à un buzzer beater à 3 points de l’intrépide de Souza encore lui.
 

 
Dans la même veine que leurs homologues séniors, les joueurs de la JDA pratiquaient un basket défensif, peu prolifique mais efficace. Le public venu de l’Azur Arena venu en nombre ne pouvait se délecter d’un véritable spectacle mais assistait au moins à une rencontre plus serrée que prévu. Ce travail défensif allait payer puisque Ducote, puis Revol sur le buzzer permettait à Dijon de reprendre l’avantage (51-44). Le match devenait très tactique, en 2’30 de joué dans le dernier acte, Dijon avait déjà épuisé ses 5 fautes collective, poussant les Choletais sur la ligne des lancers franc. Exercice dans lequel ils n’étaient pas franchement très adroits devant l’arceau. Chaque panier valait alors de l’or dans ce dernier quart temps irrespirable. Toutes les possessions devenaient capitales, à 3’43 du terme, les deux formations se tenaient en 1 point. A 120 secondes du terme Dijon tente 4 fois sa chance sans parvenir à scorer sur l’action suivante, les bourguignons commettent une faute tactique. Marsillon réussit un lancer franc, récupère le rebond, dunk et obtient une faute, la JDA vient d’encaisser un 4-0 peut-être salvateur. La possession suivante offre une interception à Cholet, Delaunay porte ses hommes à +6, puis à +8. L’écart est fait, Cholet est en finale au bout du suspens. A l’issue de cette rencontre irrespirable, Régis Boissié était soulagé, ses joueurs n’ont pas joué leur meilleur basket mais ils ont été résilients : « Depuis le début de la saison je le dis, nous avons un groupe jeune, mais les gars font preuve d’une énorme abnégation. Ils peuvent traverser le désert, être menés mais ils ne lâchent jamais ». Un courage à toute épreuve, ses ouailles en auront bien besoin sur le parquet de l’Azur Arena. Le CB va pouvoir rentrer dans l’histoire demain à 15h face à l’Asvel pour remporter un troisième titre de rang dans ce trophée du futur, ce serait une première, mais la marche pour réaliser l’exploit est encore haute.

Alexandre Pastorello, à Antibes
Crédit photo : Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE