hand
Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Nikola Karabatic sera encore l'un des leaders de l'équipe de France lors du championnat du monde qui démarre ce mercredi 11 janvier. À domicile, Karabatic voudra gagner son quatrième titre de champion du monde. 

Les Bleus entament dès ce soir la compétition, avec un premier match face au Brésil à 20h45. Après la finale perdue au Jeux Olympiques de Rio, les Experts auront à coeur, devant leur public, d'aller chercher un sixième sacre mondial pour la France et d'entrer encore un peu plus dans l'histoire.

 

Le Mondial se déroule en France. S’agit-il d’une pression particulière et d’une responsabilité supplémentaire sur vos épaules ?

Les deux à la fois. Il s’agit d’une grosse émotion mais cela nous met surtout une pression très forte. Les gens ont tellement l’habitude de nous voir gagner qu’ils ne comprendraient pas qu’on n’y parvienne pas, en France de surcroît. On est habitué à toute cette pression sur les compétitions en général, mais là, chez nous, on n’a pas le droit de décevoir.

Vous restez sur une défaite aux JO et une déception même si vous êtes vice-champion olympique (finale perdue face au Danemark). Avez-vous digéré cette compétition ?

Nous sommes passés à autre chose en nous focalisant tout de suite sur les championnats du monde. Nous avons appris à relativiser. On est déçu par la défaite mais heureux d’avoir quand même eu une médaille d’argent aux JO, beaucoup se contentent d’une médaille de bronze. Nous n’allons pas jouer aux blasés, on a habitué les gens à ce qu’on gagne tout le temps mais on aurait signé pour cette médaille aux JO. Je le répète, ne jouons pas aux blasés, c’est un exploit énorme.

 

« Pour le championnat du monde, à la maison, on n’a pas le droit de décevoir. »

Retrouver l’intégralité de cette interview en cliquant ICI

 

 

 

Abonnements SPORTMAG

Abonnez-vous à SPORTMAG en version papier, numérique ou les deux.