SPORTMAG

Supercross – Lucas : « Il va se passer beaucoup de choses »

Kévin François

La Sud de France Arena accueillera un exceptionnel show de Supercross et de Freestyle les 6 et 7 octobre. Entretien avec Cédric Lucas, l’organisateur…

Cédric, comment abordez-vous ce troisième Supercross de Montpellier ?
C’est un gros challenge, le premier que je vais organiser dans une salle indoor. J’ai travaillé en tant que responsable des pistes lors des deux premières éditions. Depuis un moment, cette idée me trottait dans la tête. Au niveau qualitatif, cela peut être très intéressant d’organiser un tel événement en indoor, d’autant que l’Arena est une très belle salle. C’est également l’une des seules à pouvoir accueillir un tel Supercross dans le sud.

L’organisation en indoor est-elle plus compliquée qu’en outdoor ?
Non, pas forcément. Après, comme je suis loin de chez moi, je connais un peu moins de gens, je suis un peu en terre inconnue (rires). Mais bon, par rapport à la salle, nous sommes calés, nous pouvons nous appuyer sur ce que nous avons fait l’année dernière. L’organisation est la même, le promoteur est le même. Je dois juste me délester de quelques responsabilités au niveau de la création pour me concentrer et être un peu plus présent dans l’organisation, et notamment sur ce que nous devons faire à l’approche de la dernière ligne droite. En tout cas, c’est un très gros challenge, j’espère que je vais le réussir.

« Plus l’impact est important, mieux ce sera pour la discipline »

Il y a quelques mois, vous remplissiez le stade de rugby d’Agen lors d’un précédent Supercross. On imagine que ces événements sont très importants pour la discipline…
Oui, c’est clair. Ce que nous avons réalisé à Agen a donné de la crédibilité au Supercross. Faire venir 9000 personnes dans un stade de rugby a forcément eu un impact très positif, cela faisait deux ans qu’il n’avait pas été rempli de cette manière. Même au-delà du monde de la moto, c’est un événement qui a marqué la ville et les spectateurs. Plus l’impact est important, mieux ce sera pour la discipline.

Cette année, le plateau est encore une fois très alléchant…
Oui, nous aurons quasiment les mêmes tops pilotes en SX1 et quelques petits nouveaux en SX2. L’année dernière, nous avons eu de très belles courses, donc nous sommes confiants. Là où la barre va être mise un peu plus haute, ce sera sur le freestyle. On aura le local de l’étape, Jérémy Rouanet, qui va se faire un plaisir de rouler à Montpellier. Nous aurons également Taka Higashino, qui est triple médaillé d’or aux X Games. Josh Sheehan sera également présent pour nous faire un double backflip. Le plateau freestyle est vraiment très relevé. Rien que par rapport à ça, la qualité de l’événement n’aura rien à voir avec ce que l’on a pu connaître l’année dernière.

« Plus ce sera carré, plus ils pourront se lâcher »

Justement, est-il facile de faire venir ces grands champions ?
Je travaille beaucoup avec eux sur d’autres événements. Une confiance s’est installée, ils savent que l’événement sera de qualité et qu’ils ne tomberont pas dans un traquenard. Quand tu arrives à faire venir des sportifs comme eux, tu dois leur offrir une qualité de travail, de piste ou encore de positionnement de rames absolument parfaite. Plus ce sera carré, plus ils pourront se lâcher. Sincèrement, le freestyle n’aura rien à voir avec ce que l’on a connu l’année dernière. Les gens n’ont encore rien vu, il va se passer beaucoup de choses. Faire un double backflip dans la salle de l’Arena, ça peut être exceptionnel !

À trois semaines de l’événement, êtes-vous confiant ?
Confiant, je ne sais pas, il faut l’être en tout cas ! Il faudrait que les préventes décollent un peu, mais cela passe par la communication. Il reste un mois, on va tout donner. J’ai fait un coup de poker à Agen, ça a marché. J’espère qu’il en sera de même à Montpellier, toujours dans cette optique de faire encore mieux dans le futur. J’ai par exemple de très bonnes relations avec Tom Pages, qui ne pourra malheureusement pas être présent car il est sur un autre événement. Mais c’est clair que si cette édition fonctionne et que nous avons de bons retours, on peut être certain qu’un Tom Pages sera là l’année prochaine.

Informations et billetterie sur http://www.supercrossmontpellier.info/

Bérenger Tournier

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *