SPORTMAG.fr

«Une année difficile couronnée par une médaille»

Sputnik / Icon Sport

À tout juste 19 ans, la sabreuse Caroline Queroli s’installe dans la « grande » équipe de France. La double championne du monde junior en 2015 et 2016, qui vient de remporter le bronze par équipe pour ses premiers Mondiaux seniors, rêve des JO tout en préparant son futur métier de kiné.

Comment avez-vous vécu vos premiers Mondiaux à Leipzig, le mois dernier ?
Je ressens une grande fierté pour cette médaille de bronze par équipe qui clôt une année compliquée. Être à Leipzig était très difficile émotionnellement. Opérée de la cheville et écartée de la compétition pendant 6 mois, j’avais suivi le stage de préparation et je pensais suivre l’épreuve de loin mais, à la dernière minute, j’ai remplacé une coéquipière blessée. Je suis arrivée en cours de compétition et je n’ai disputé que l’épreuve par équipes, mais j’ai pu voir pour la première fois ce qu’étaient de « vrais » championnats du monde. En 2015, j’ai décroché mon premier titre mondial chez les juniors, de façon totalement inattendue. Quelle surprise ! J’appelais mon premier formateur, maître Michel Jeanny, après chaque tour, je n’en revenais pas. Ce titre m’a ouvert les portes de la préparation pour les Jeux de Rio l’année suivante, mais je n’ai pas été retenue. Depuis ce stage, j’ai franchi un cap, la musculation fait partie de mon programme d’entraînement. Mais, comme l’escrime n’est pas un sport à catégorie de poids, on nous laisse tranquilles avec l’alimentation !

« Je surprends mes adversaires par ma rapidité »

Pourquoi avoir choisi le sabre quand vous avez débuté l’escrime ?
Ma mère cherchait une activité à pratiquer après l’école. Pourquoi le sabre ? J’ai suivi un ami au Racing, à 6 ans ! Le sabre demande plus d’explosivité que les autres armes, il colle bien à mon caractère, je surprends mes adversaires par ma rapidité. Au collège, j’ai bénéficié d’horaires aménagés : un entraînement personnalisé de deux heures, trois jours par semaine, en plus du mercredi après-midi. J’ai participé à des compétitions de jeunes, au niveau de la ligue et de la région, puis au niveau national. J’ai remporté de façon inattendue la première compétition internationale, en cadettes, à laquelle je participais. Encore cadette, je me suis alignée chez les juniors, et j’ai disputé la même année les Mondiaux dans les deux catégories.

>> Retrouvez la suite de l’interview et découvrez gratuitement notre nouvelle version numérique sur http://emag.sportmag.fr.

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *