SPORTMAG.fr

Louis Picamoles, retour aux sources

Icon Sport

Comme s’il s’agissait de boucler la boucle, Louis Picamoles s’est engagé cet été avec le Montpellier Hérault Rugby. Après huit ans d’absence, ce retour aux sources marque un nouveau tournant dans la carrière de « King Louis ». Encore un…

 

Deux titres de Champion de France, un titre de Champion d’Europe et plus de 60 sélections chez les Bleus. Depuis 2004 et son premier match professionnel sous le maillot du MHR, Louis Picamoles a su construire sa carrière de main de maître. Formé à l’école de rugby du Chesnay, dans les Yvelines, c’est à Montpellier que le destin de « King Louis » a été bouleversé. Didier Nourault, son premier entraîneur au MHR, se souvient d’un joueur attachant, posé et très respectueux. « Louis était un garçon à l’écoute, toujours disposé pour écouter les conseils, pour progresser. C’est quelqu’un de très humble, un super mec. Je me souviens qu’il se fait un croisé à Bayonne pour l’un de ses premiers matchs. J’avais vraiment été marqué par cette blessure ; il ne méritait pas ça ». Des valeurs et un profond respect qui n’ont jamais quitté le natif de Paris, comme le confirme Vern Cotter, son actuel entraîneur au MHR. « J’ai tout de suite vu ses qualités humaines, dès la première conversation que j’ai eue avec lui. Louis est quelqu’un de très humble, c’est une énorme qualité. J’ai beaucoup de respect pour ce qu’il est ».

Son explosion à Toulouse

Mais au-delà des qualités humaines qui le caractérisent depuis toutes ces années, et dont tous ceux qui l’ont côtoyé se font l’écho, c’est sur le terrain que l’international français a su construire sa légende. Après avoir porté le maillot montpelliérain jusqu’en 2009, et formé le fameux « club des trois » avec Fulgence Ouedraogo et François Trinh-Duc, Louis Picamoles a explosé à Toulouse, en compagnie de Guy Novès. Dans la ville rose, le troisième ligne a remporté deux Boucliers de Brennus et une Coupe d’Europe. Une réussite loin d’être surprenante pour Didier Nourault, désormais président du directoire de l’Orléans Loiret Basket : « En partant à Toulouse, Louis a découvert un club avec une très grosse culture de la gagne. Je savais qu’il réussirait, qu’il prendrait une grosse dimension. Quand il a fallu quitter Montpellier pour passer un cap, il a su le faire au bon moment ».

Un talent exceptionnel

Tous ses choix, mûrement réfléchis et témoins d’une grande intelligence, ont fait du troisième ligne international l’un des tout meilleurs joueurs au monde. Même hors de nos frontières, et son passage en Angleterre en est un parfait témoin, le monde du rugby a toujours su reconnaître en Louis Picamoles un joueur exceptionnel, aux qualités rares et très appréciées. Vern Cotter, dont le CV en dit long sur la qualité des garçons qu’il a pu avoir dans ses équipes, abonde dans ce sens : « Il a de nombreux atouts. Grâce à d’excellents angles de course, il se déplace très bien pour quelqu’un de sa taille. Et puis c’est un garçon très vif, qui multiplie les temps de jeu. Mais là où il aura un très gros apport pour nous, c’est dans sa capacité à être un vrai leader dans l’équipe ».

> Découvrez la suite de l’interview dans l’emag n°103

 

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *