SPORTMAG.fr

Pétanque : Polo, l’humoriste des boulistes !

Suivi par près de 25 000 personnes sur Facebook, Franck Polo est devenu l’humoriste préféré du monde de la pétanque. Entretien avec ce trublion des boules…

Franck, que retenez-vous de ces Masters de Pétanque ?
Déjà, il faut noter que celui qui a été élu meilleur joueur, Benjamin Renaud, disputait son tout premier Masters. Ce qui est assez incroyable. Je retiens également la très bonne organisation tout au long des semaines de compétition. Enfin, il faut souligner que dans l’équipe victorieuse, aucun des joueurs n’avait les points nécessaires pour se qualifier. C’est la « wild card » qui leur a permis d’être aux Masters.

L’équipe Fazzino, qui a remporté les Masters, vous semblait-elle supérieure aux autres ?
Non, je ne pense pas qu’elle était vraiment au-dessus. L’équipe Rocher avec Dylan, Stéphane, Ludovic et Henri me semblait meilleure sur le papier. Mais quelque chose me dit que ce sont les mecs qui s’entendaient le mieux qui ont gagné, tout simplement.

Selon vous, qui étaient les meilleurs joueurs de ces Masters ?
Je dirais Benjamin Renaud et Diego Rizzi.

Comment expliquez-vous le succès grandissant de la pétanque ?
Déjà, la discipline me semble mieux structurée qu’avant. Mais surtout, la médiatisation est beaucoup plus importante qu’il y a encore quelques années. Comme la pétanque passe plus souvent à la télévision, les gens voient que c’est un vrai sport, que ce n’est pas seulement une passion.

Pourquoi aimez-vous la pétanque ?
Ce qui me plaît, c’est vraiment le sens du collectif. Quand tu es en triplette, tu parles avec tes coéquipiers, tu mets en place des stratégies, etc. Et puis ce que j’adore par dessus tout, c’est que même si tu perds 0-12, tu sais que tu as encore une chance de gagner.

Quel est votre sentiment sur la relève ?
Elle est très prometteuse. Je pense qu’il y a déjà des jeunes avec un très gros potentiel. La seule incertitude que j’ai, ce sera l’éducation. Est-ce qu’ils auront le même comportement que les Quintais ou Suchaud, qui sont des joueurs irréprochables sur un terrain de pétanque. Il faut voir, mais ce sera un peu plus dur.

Vous êtes l’humoriste préféré du monde de la pétanque. Comment est-ce arrivé ?
Déjà, je ne sais pas si c’est vraiment le cas. Je sais juste que tout a commencé quand j’ai fait des vidéos sur les joueurs. Elles ont très vite fonctionné. J’essaye de faire rire avec des thèmes vrais, en disant la vérité et en faisant toujours le mec énervé. C’est un exercice difficile mais je suis heureux que les joueurs y aient pris goût.

Un joueur a-t-il déjà mal pris l’une de vos vidéos ?
Bien-sûr, et pas qu’une fois ! Quand c’est le cas, je la supprime et je m’excuse auprès du joueur. Même s’ils ont beaucoup d’humour, parfois, il peut arriver qu’ils ne comprennent pas le mien. Mais ce n’est pas grave, je n’ai aucun soucis avec ça.

Que ressentez-vous lorsque vous parlez et rigolez avec tous ces joueurs ?
Rien de spécial ! Ce sont des gens comme tout le monde, qui sont sympas, accessibles, etc. Ce n’est pas comme dans le football, où c’est un peu plus compliqué de discuter avec les joueurs. Après, c’est clair que ça fait plaisir. Ce sont des gens que l’on voit à la télévision, qui sont de grands champions.

Aura-t-on la chance de vous voir participer un jour aux Masters ?
Je suis un joueur moyen ! Je ne pense pas avoir l’opportunité de jouer les Masters un jour, à part si je paye des joueurs pour qu’ils me prennent (rires).

Enfin, un dernier mot pour l’équipe Fazzino ?
Je suis vraiment content pour elle, car elle n’était pas favorite. En plus, il y a des joueurs que j’adore dans cette équipe comme Diego Rizzi ou Claudy Weibel.

Propos recueillis par Bérenger Tournier

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *