SPORTMAG

Karl Gabillet : « Le roller hockey a une marge de progression »

Luis Velasco


Joueur de roller hockey, Karl Gabillet est le capitaine de Rethel, meilleure équipe française de la discipline. Un club qui vient de remporter l’European League pour la deuxième année consécutive.

Quel bilan tirez-vous de cette édition 2017 de l’European League ?

Cette année, avant le début de la compétition, on ne pensait pas aller jusqu’au bout. Nos adversaires se sont bien renforcés, mais nous avons su rester sereins tout au long de l’événement afin de réussir finalement à conserver notre titre de champion d’Europe. On est d’autant plus fiers de l’avoir remporté car ce n’était pas forcément attendu. Nous avons disputé sept matches en quatre jours, chaque rencontre a été accrochée, gagner à la fin est donc une grande satisfaction pour toute l’équipe.

Comment s’explique le succès du club de Rethel ?

Tout d’abord, nous disposons des meilleurs joueurs français et étrangers. Mais c’est aussi le club d’une petite ville de Champagne-Ardennes, où l’on trouve peu de sport de haut niveau. Cela permet au club de Rethel de bénéficier d’un peu plus de subventions. Le club a une vingtaine d’années et dispose d’énormément de supporters et de bénévoles. C’est cette osmose autour du club qui nous permet aussi de nous dépasser en tant que joueur.

Quels sont les objectifs de votre équipe cette année ?

Nous disputons la finale de la Coupe de France dans quinze jours à Paris. Nous avons aussi pour but de gagner le championnat. À Rethel, c’est simple : nous essayons de faire le triplé chaque année. Cela fait des années que le club évolue au plus haut niveau, nous sommes donc obligés de nous fixer ce type d’objectif et d’essayer de gagner tout ce qui est possible dans le roller-hockey.

« Encore trop dans l’ombre du hockey sur glace »

Comment êtes-vous venu au roller hockey ?

Pour moi, comme pour les plus anciens, nous venons du hockey sur glace. J’ai arrêté la glace en junior. À l’époque, il y avait peu de possibilités de percer dans le hockey français, car les clubs faisaient venir beaucoup d’étrangers. J’avais donc le choix entre faire banquette en hockey sur glace ou percer dans le roller. Dès la première année, l’équipe de France m’a tendu les bras. Depuis, je n’ai plus lâché ce sport.

La discipline arrive-t-elle à se développer en France ?

C’est un sport assez récent, créé il y a une vingtaine d’années, il est donc clair qu’il a une marge de progression. Après, cela dépend vraiment des années. Parfois notre dynamique stagne, parfois on a l’impression que ça évolue vraiment. Pour le moment, nous sommes encore trop dans l’ombre du hockey sur glace. Je pense que tout sport a eu des difficultés à grandir au début, mais nous sommes sur la bonne voie.

Vous êtes aussi en équipe de France. Quels sont vos prochains rendez-vous avec les Bleus ?

Nous allons disputer les World Games en Pologne au mois de juillet. Il s’agit de l’antichambre des Jeux olympiques, c’est une compétition qui a lieu tous les quatre ans. Nous enchaînerons sur les championnats du monde en Chine au mois de septembre. Sur ces deux événements, notre objectif sera de monter sur le podium.

Pour suivre le club de Rethel, rendez-vous sur www.rapr.club/

Propos recueillis par Olivier Navarranne

 

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *