SPORTMAG.fr

Mondial 2017 (F) : Les Bleues en mode diesel

FFHandball / S.Pillaud

Dans ce troisième match du tour préliminaire, l’Équipe de France a logiquement dominé le Paraguay par 35-13 (14-10) et compte désormais deux victoires et une défaite dans cette poule A où la conquête de la première place demeure l’objectif.

 

C’est une Équipe de France aux deux visages qui a disputé son troisième match hier soir à Trèves. Un premier acte poussif où elle n’a pas réussi à mettre à distance un adversaire courageux qui s’est accroché (14-10). Une prestation sans relief où la vivacité des Paraguayennes a souvent pris à défaut la défense française. Après la pause, les joueuses d’Olivier Krumbholz sont revenues avec d’autres intentions : un jeu délié et une défense retrouvée avec seulement trois buts encaissés. Le score de la seconde période résume à lui seul la démonstration tricolore : 21-3 pour un score final de 35-13. Les 18 arrêts de Cléopatre Darleux et ses nombreuses passes décisives, le plus souvent en direction de Manon Houette, ont contribué à donner de l’ampleur à cette victoire finalement rassurante au moment d’affronter les gros bras de la poule. Après un jour de break, les Bleues enchaîneront jeudi par un quatrième match face à l’Espagne à 20h30, puis vendredi, pour l’ultime match du tour préliminaire, face à la Roumanie à 18h…

Olivier Krumbholz, sélectionneur de l’Équipe de France :

« On a l’impression que les choses se grippent en première mi-temps, alors que cela débute pas mal. Puis tout le monde se crispe comme si on n’allait pas y arriver, alors qu’il n’y avait pas d’inquiétude à avoir. C’est comme s’il y un avait sentiment de culpabilité de ne pas bien jouer face à cette équipe. Or, ils jouent bien au handball en face, malgré très peu de moyens, ils ont exploité tout ce qu’ils pouvaient dans le premier acte. Heureusement que la seconde période a montré que l’on était capable de régler les problèmes de ce jour, dans un contexte forcément particulier. Nous avons notamment mieux défendu et laissé aucun espace en seconde période. Après, l’Équipe de France contre-attaque merveilleusement bien, avec des gardiennes, aujourd’hui Cléo, qui excellent à la relance. Nous sommes satisfaits de ces trente dernières minutes. Il faut maintenant réussir à se lâcher pendant soixante minutes, tout en restant rigoureux. Il n’y a plus le choix désormais. Soit on retrouve notre meilleur niveau et nous aurons la possibilité de gagner les deux matchs à venir, soit ce sera une cruelle désillusion. Nous avons une journée et demie pour bien préparer l’Espagne avant tout. Je suis persuadé que les filles vont répondre présentes et que la qualité sera là. Je n’hésiterai pas à faire les choix et les ajustements nécessaires ».

La rédaction

 

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *