SPORTMAG

Yvon Breton : « Romain aime les challenges »

Avec une passion inébranlable et un plaisir toujours aussi intense, Yvon Breton va vivre une nouvelle édition du Tour de France. Des espoirs de maillot jaune pour Romain Bardet au sens de l’engagement d’AG2R LA MONDIALE, en passant par le formidable engouement autour de la Grande Boucle, le conseiller du directeur général de la société d’assurance, notamment en charge du sponsoring sportif, s’est confié pour SPORTMAG…

Yvon Breton, dans quel état vous trouvez-vous pour le grand départ du Tour de France ?
Pressé, et en même temps très confiant. Nous avons une belle équipe, qui je l’espère, saura nous réserver de beaux moments de joie et d’émotion. J’espère que la fin du Tour de France nous permettra d’avoir une belle surprise, que ce soit au classement individuel ou par équipe. J’accorde beaucoup d’importance à ce classement collectif car, au-delà de la performance individuelle, c’est l’esprit d’équipe et de solidarité qui est essentiel.

Romain Bardet sera la plus grande chance française de décrocher le Maillot Jaune. Comment le sentez-vous ?
Extrêmement concentré, mais c’est également lié à sa personnalité. C’est un coureur très professionnel, très méticuleux, qui ne laisse rien au hasard.

Ce qui marque lorsque l’on parle à Romain, c’est une intelligence et une maturité impressionnantes. Des éléments très importants pour un sportif professionnel…
Oui, c’est vrai. Je pense que d’un point de vue global, et pas du tout par rapport aux sportifs, il a un QI au-dessus de la moyenne. Il continue d’ailleurs ses études supérieures, c’est un vrai passionné. Il a une très grande soif de savoir et de curiosité. D’autant que chez Romain, la performance sportive sous-entend également une vraie préparation intellectuelle. Les grands sportifs, dont il fait partie, savent justement allier les performances physiques et psychologiques. C’est souvent ce qui fait la différence. Sur un plan physique, et même si c’est un très bon coureur, je pense que d’autres pourraient rivaliser. Mais encore une fois, sa préparation mentale est une très grande force. Après, il faudra qu’il supporte la pression. Cette édition du Tour de France sera encore plus difficile, même s’il était déjà attendu l’année dernière. La pression et l’attente du public français seront là, on le sait, et il faudra s’en servir positivement. Après, Romain ne sera pas le seul coureur français dans cette situation. Il ne faut pas oublier notre ami Thibault Pinot, qui est en plus dans une équipe française.

D’autant que Thibault Pinot sort d’un Giro plutôt réussi…
Oui, c’est vrai. Pinot fait partie des candidats intéressants pour le podium. Je pense également que Romain peut viser ces trois premières places. Après, la cerise sur le gâteau, ce serait cette marche qui lui reste à franchir, même si on sait que c’est la plus difficile. Mais Romain aime les challenges, c’est justement parce que c’est difficile que cela devient intéressant.

Un mot également sur la Sky, qui a été impressionnante l’année dernière sur les routes du Tour. Cette année encore, Christopher Froome sera armé pour décrocher un quatrième sacre…
C’est clair que la Sky est une très grande équipe. Même si chaque coureur est seul sur son vélo, le cyclisme, c’est avant tout un travail collectif, un sport stratégique. Tous les grands coureurs ont la nécessité d’être accompagnés, surtout dans les moments difficiles. Avec Vincent Lavenue, avec qui nous travaillons main dans la main, nous avons fait en sorte de constituer une équipe la plus compétitive possible, et qui puisse accompagner le plus efficacement possible Romain Bardet. C’est souvent ce qui fait la différence. On verra si le dispositif que l’on a mis en place lui permettra d’aller encore un peu plus haut, comme cela a été le cas avec la Sky l’année dernière.

Le Tour de France est une course décisive et essentielle dans votre engagement…
C’est un moment privilégié, exceptionnel. Avec la voile, discipline dans laquelle nous sommes engagés depuis près de trente ans, le cyclisme nous apporte énormément. Recevoir, c’est très gratifiant, mais redonner est probablement encore plus valorisant. Pour moi, la meilleure manière de redonner, c’est de rester fidèle à l’équipe, à cette formidable discipline. En prolongeant jusqu’en 2020 notre engagement, nous avons envoyé un signal fort. Pour nos sportifs, c’est très important, cela va leur permettre de travailler dans la sérénité.

Que vous apporte cet engagement ?
Avant de rentrer dans une stratégie de communication par le sport, il faut avouer que nous n’avions pas une grande visibilité. J’ai toujours considéré que le sport était un terrain de jeu très intéressant, car il rapproche les gens. Dans l’époque actuelle où tant de choses divisent, c’est formidable d’avoir quelque chose qui rassemble. Le sport, c’est une vraie communion. Pour nous, qui assurons un Français sur quatre, c’est aussi une façon d’échanger avec nos concitoyens, mais pas seulement dans une relation assurantielle. Souvent, lorsque l’on va voir son assureur, c’est dans un moment difficile, lorsque l’on est malade, lorsque l’on a perdu quelque chose. Je voulais absolument trouver le moyen de rencontrer nos clients dans un contexte plus agréable, plus festif. C’est pour cela que j’ai proposé le cyclisme et la voile. D’autant que ce sont deux sports où les sportifs sont restés très accessibles.

Pour quelles raisons avez-vous privilégié ces deux disciplines ?
La première, c’est que ce sont deux sports où le Naming est assuré, ce qui offre une visibilité médiatique beaucoup plus intéressante. La deuxième est beaucoup plus philosophique. Comme nous nous adressons à des millions de Français, et que nous côtoyons toutes les catégories socio-professionnelles, il était important pour nous d’être présents dans des sports où le spectacle est gratuit pour le public. Que ce soit le Tour de France, un départ ou une arrivée de Transat, nous sommes dans des sports gratuits, accessibles à tout le monde. Au fil du temps, tous ces éléments nous ont donnés un capital sympathie très important. En étant engagés dans ces deux disciplines depuis toutes ces années, nous avons également démontré notre fidélité. Je sais que pendant tout le Tour de France, plus de 11 000 collaborateurs vont vibrer. Voir le logo AG2R sur les cuissards de ces immenses champions, c’est quelque chose de formidable. Pour la troisième année consécutive, nous sommes l’équipe préférée des Français, et ça, c’est une immense fierté.

Propos recueillis par Bérenger Tournier

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *