SPORTMAG

Marc Judith : « Orléans, un très beau challenge »

Andre Ferreira / Icon Sport

Après deux saisons passées à la JDA Dijon Basket, Marc Judith (1,93 m, 30 ans) s’est engagé en faveur de l’Orléans Loiret Basket. Entretien avec l’arrière guadeloupéen.

 

Marc Judith, au mois de juin dernier, vous avez quitté Dijon et la ProA pour rejoindre Orléans et la ProB. Pourquoi ce choix ?

Ce choix découle de la saison dernière, qui n’a pas été productive pour moi. A Dijon, il n’y avait plus l’osmose de l’année d’avant. Et mon rendement n’était plus assez satisfaisant aux yeux des dirigeants. C’était donc très compliqué pour moi de rester dans ce club, même si j’y ai vécu de très bons moments. Quant à Orléans, ils me voulaient vraiment. Le plus important, c’est que le coach m’ait appelé pour m’expliquer son projet.

Dans le Loiret, vous avez retrouvé Loïc Akono, que vous aviez déjà côtoyé à Nanterre…

Exact. Au moment où j’ai signé, il n’était pas encore à Orléans. Quand j’ai appris qu’il arrivait, j’étais très content. J’espère que nous serons complémentaires, comme nous avons pu l’être par le passé. Personnellement, j’arrive avec l’intention d’être le meilleur possible. Il n’y aura rien de facile. Je veux retrouver l’osmose d’une équipe et être sur la même longueur d’ondes que mes coéquipiers. C’est l’une des choses les plus importantes en basket.

Vous retrouvez la ProB, championnat que vous aviez quitté sur un titre avec Nanterre en 2011. Quelles sont les principales différences avec la ProA ?

Cela fait un moment que je n’ai pas joué en ProB, même si j’ai suivi ce championnat. La différence majeure, c’est qu’il y a plus de joueurs de talent en ProA. En ProB, on observe de nombreux athlètes, mais qui possèdent un peu moins de ballon. Dans ce championnat, il est plus compliqué de conserver un plan de jeu qu’à l’échelon supérieur. Mais son niveau reste bon.

Quels sont vos objectifs avec le club du centre de la France ?

C’est un très beau challenge que m’offre Orléans. Il faudra remonter en ProA sur les deux ans à venir. Pour l’exercice 2017-2018, l’objectif ne sera pas seulement de faire une bonne saison. On doit se donner les moyens d’être très bons.

Et sur le plan individuel ?

J’arrive vraiment doucement. Bien sûr que j’aimerais être le meilleur possible, « scorer un peu plus » (la saison passée, Judith a tourné à 4 points à 40,5% de réussite aux tirs, 1,8 rebond et 0,8 passe décisive, NDLR), et avoir plus d’importance dans le jeu. Mais je désire qu’on gagne en priorité.

Dans quel domaine devez-vous encore vous améliorer ?

Sur le plan offensif, tout ce qui se trouve de l’autre côté du terrain.

Propos recueillis par Arnaud Lapointe

 

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *