SPORTMAG

Céline Dumerc, une meneuse modèle

Dave Winter / Icon Sport

Céline Dumerc, c’est six titres de championne de France, six médailles internationales, 262 sélections. La meneuse emblématique de l’Équipe de France referme le livre de sa carrière en bleu. Retour sur les dates clés d’une carrière inégalée.

 

25 juin 2017. Céline Dumerc joue son dernier match en bleu contre l’Espagne à Prague, en finale de l’Euro féminin. Une ultime compétition sous le maillot tricolore qui s’achève sur la deuxième marche du podium. Deux mois plus tard, la déception de la défaite a laissé place à la fierté. A 35 ans, la capitaine des Braqueuses tire sa révérence pour se consacrer désormais à sa carrière en club. Un choix que Céline Dumerc ne réalise pas encore : « Pour l’instant, je le vis très bien parce que je ne me rends pas compte que l’équipe de France c’est terminé. Certes c’est acté et on a eu la chance avec Gaëlle (Skrela) de profiter des derniers matches à la maison devant le public français. Je vais véritablement m’en rendre compte au prochain rassemblement, là où je n’aurai pas ma convocation, où je ne serai pas appelée et que je regarderai les matches des copines à la télé ». Céline Dumerc c’est 262 sélections en bleu. Un record absolu dans le basket français. C’est aussi un petit gabarit qui, du haut de son mètre 69, s’est imposé avec un caractère et une volonté d’acier. Valérie Garnier, entraîneur de Équipe de France, évoque ce tempérament fort : « C’est quelqu’un qui a son caractère, mais on ne peut pas être la joueuse qu’elle a été et qu’elle est sans avoir du caractère. On ne peut pas s’exprimer comme elle le fait sur le terrain, si on n’a pas de personnalité. Son envie de toujours bien faire, de connaître les moindres détails et son charisme sont liés à sa réussite ».

« Une ambassadrice hors pair »

Août 2012. L’état de grâce. Céline Dumerc vole sur le parquet londonien. Après un premier match spectaculaire contre le Brésil, la meneuse enchaîne les performances et emmène ses coéquipières jusqu’en finale, avant de buter contre les « intouchables » Américaines, comme les avait qualifiées Pierre Vincent alors entraîneur des Bleues. Et « le magicien » avait vu juste. Mais il s’agit tout de même du premier podium olympique pour l’Équipe de France féminine. Jean-Pierre Siutat, Président de la Fédération française de basketball, revient sur ce tournant dans la carrière de Céline Dumerc : « Les matches qu’elle a faits pour nous qualifier ont permis à l’équipe de France d’être connue et à Céline de le devenir encore plus. On l’a vu dans l’impact sur les réseaux sociaux. C’était extraordinaire, les joueuses étaient reconnues partout, même en dehors du terrain. Ce n’était pas le cas avant, et ça, c’est grâce à Céline. Elle a été une ambassadrice hors pair ».

Découvrez la suite de l’article et notre nouvelle version numérique du magazine !

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *